Copy
Si ce courriel ne s'affiche pas correctement, cliquer ici pour le visualiser dans votre navigateur.

AS-TU OUVERT LA PAROLE AUJOURD'HUI?

RESTE AVEC NOUS SEIGNEUR
« Si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas à vous; si au contraire je pars, je vous l’enverrai; et lui vous fera accéder à la vérité toute entière. » 
Jn 15, 7-12
 Est-ce que je sais que j’ai reçu l’Esprit-Saint? 


 
Année de la miséricorde

 
La miséricorde en lien avec la compassion de Dieu
 
Précédemment, avec le pape François, nous avons vu que Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père.

Le pape François affirme également dans le livre « Le nom de Dieu est miséricorde » que « la miséricorde est divine et a un lien direct avec le jugement sur le péché. Que la compassion humaine a un visage plus humain en Jésus Christ : elle consiste à souffrir avec l’autre, ne pas rester indifférent à la douleur et à la souffrance d’autrui. C’est ce que Jésus éprouvait lorsqu’il voyait les foules qui le suivaient, après les avoir quittées pour être seul avec ses disciples. Il vit une foule nombreuse et il eut de la compassion pour elle, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Il se mit à les enseigner longuement. »
On n’a qu’à penser à la foule qu’il a nourrie, lors de la multiplication des pains pour ne pas qu’elle défaille sur le chemin du retour à la maison.

« Pensons également à la veuve de Naïn dont le fils était mort et que Jésus a ressuscité par compassion pour cette femme fortement éprouvée parce qu’elle se retrouvait complètement seule à subvenir à ses besoins. Et, on sait qu’à l’époque, une femme qui n’avait pas d’homme pour subvenir à ses besoins était à toute fin pratique vouée à mourir de faim.

Le Dieu fait homme se laisse émouvoir par la misère humaine, par nos manques et par notre souffrance.

La compassion du Dieu fait homme est semblable à l’amour d’un père et d’une mère, qui sont profondément émus par leur propre fils, épris d’un amour viscéral qui ne peut faire autrement que de venir à notre secours. »

En d’autres termes, le pape affirme que la miséricorde a un lien direct avec la compassion. Ce qu’il semble dire, c’est qu’il n’y a pas de miséricorde si le cœur divin, autant qu’humain, n’est pas d’abord épris de compassion envers la misère humaine. Parce qu’il fait preuve régulièrement de miséricorde envers nous, le Seigneur nous invite à faire de même à notre tour envers nos frères et sœurs.

 La miséricorde du Fils, prenant la forme de serviteur, doit  servir d’exemple à imiter par l’Église et par tout chrétien.  Le Christ nous presse de devenir serviteurs à notre tour.  La miséricorde s’exprime ici dans la charité fraternelle et  l’aumône. Mais elle ne se limite pas seulement à donner  du pain à ceux qui ont faim. La miséricorde du Christ  s’étend à toute détresse humaine. C’est la même  extension que doit viser la miséricorde de l’Église, peuple  de Dieu.

Dans son commentaire du psaume 60, 6, Augustin attend de l’Église qu’elle soit aussi un « pont de miséricorde » parmi les hommes. Elle a été établie dans le temps pour servir de pont vers l’éternité, fonction qu’elle remplit en exerçant sa miséricorde envers tous les humains.
 
Guy Bossé, prêtre
Aumônier ADDRC
 
 
Soutenu par la communauté
  
Le 29 juin dernier, je me rendais à l'hôpital pour recevoir une injection de cortisone qui devait me soulager de mes problèmes de locomotion que j’éprouvais depuis mars. Le médecin radiologiste découvrit alors des anomalies aux os du bassin et m'obligea à passer par l'urgence avant de rentrer chez moi. Parti de chez moi pour une heure, je n'y retournai que le 10 octobre... Le 5 février dernier, l'oncologue m'apprenait que, d'après un examen en médecine nucléaire subi le 18 janvier, il n'y avait plus de signe d'activité du lymphome qui me rongeait les os du bassin ni de trace de ganglions infectés dans cette région du corps.
 
Entre-temps, il y avait eu l'hospitalisation avec une batterie d'examens, des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie. Je fus ensuite placé en hébergement pour trois mois, car je ne pouvais demander d'effort à ma jambe gauche : impossible de gravir ou descendre un escalier. Tant à l'hôpital qu'aux Résidences de l'Immaculée, je reçus d'excellents soins. Mais une armée s'était mise en prière pour moi dès le début des soins médicaux, une prière d'intercession portée par une foi vivante : "Seigneur, ce que tu as fait pour les malades de Palestine qui se trouvaient sur ton chemin, tu peux le faire aussi pour Paul-Émile qui est malade. Prends-le en pitié. Nous avons encore besoin de lui." Cette demande émanait des gens touchés par le Renouveau dans l'Esprit. Ce mouvement dépassait les limites du diocèse, car des messages dans le même sens me parvenaient de Québec, Saguenay, Montréal, Ottawa... J'étais porté par la grande famille du Renouveau charismatique catholique. La communauté des Sœurs du Saint-Rosaire, là où j’ai œuvré pendant neuf ans, invoquait aussi la bienheureuse Élisabeth Turgeon en ma faveur.
 
Pendant ce temps, je ne me suis jamais découragé : certes, il y eut des moments difficiles, mais je suis demeuré plutôt serein et confiant. J'ai reçu des visites comme jamais, au moins deux ou trois chaque jour. Sont venus à moi non seulement des membres de ma famille et des amis, mais aussi notre nouvel archevêque, des confrères et spécialement des gens du Renouveau. J'ai alors senti dans ma chair la force et la chaleur de la communauté qui rassemble les personnes qui accueillent la présence et l'action de l'Esprit de Dieu pour devenir ici les mains, les yeux, les oreilles, la bouche et les pieds de Jésus qui, à travers elles, se fait proche de ceux et celles qui souffrent, qui pleurent…
 
Certains me croyaient en fin de vie, spécialement quand je venais de recevoir un traitement de chimiothérapie. Maintenant ils rendent grâce avec moi pour les forces et la santé recouvrées. Je dirais que cette année, j’ai vécu le carême dans un climat pascal : pour la deuxième fois, j'ai frôlé la mort de près (un cancer du sein en 2003), et je reviens à la vie. Je me dois d'en rendre grâce au Dieu de la vie, à son Fils qui s'est présenté lui-même comme "le Chemin, la Vérité et la Vie" (Jn 14, 6) et à l'Esprit répandu en nos cœurs avec l'amour de Dieu . (Rm 5, 5).
 
Cette expérience a augmenté ma foi dans la force de la prière et l'efficacité de la Parole. Aux premiers jours de mon hospitalisation, une amie m'avait remis un petit pain de la Parole : "Cette fois encore le Seigneur m'exauça" (Dt 10, 10); j'en reçus un autre qui disait : "Soyez assidus à la prière; qu'elle vous tienne vigilants, dans l'action de grâces" (Col 4, 2). Chaque jour, après les laudes, j'ai relu et répété ces mots. Avec ferveur, j'ai prié les psaumes : "Pitié, Seigneur, je dépéris! Seigneur, guéris-moi! (Ps 6, 3). "Non, je ne mourrai pas, je vivrai pour annoncer les actions du Seigneur : il m'a frappé, le Seigneur, mais sans me livrer à la mort" (Ps 117, 17-18). Aujourd'hui je les prie encore : "Quand j'ai crié vers toi, Seigneur, mon Dieu, tu m'as guéri; Seigneur, tu m'as fait remonter de l'abîme et revivre quand je descendais dans la fosse" (Ps 29, 3-4).
 
Paul-Émile Vignola, ptre
Répondant du Renouveau charismatique
Diocèse de Rimouski


 
Témoignage du Pasteur John Arnott
lors d’une audience avec le pape sur l’unité des chrétiens
 
Je reçois une invitation pour un dîner avec le Pape François afin de partager sur l’unité des chrétiens avec des représentants d’Églises évangélistes, pentecôtistes, méthodistes, orthodoxes, protestantes et catholiques. Le but est de discuter et d’échanger sur ce que nous avons en commun et sur ce que nous pouvons partager et vivre ensemble. Une telle invitation ne se refuse pas! Je dis donc à mon épouse que nous devons regarder mon horaire chargé et libérer le temps qu’il faut pour se rendre à Rome.

C’est là que les questions me viennent à l'esprit :
  • Comment s’habille-t-on pour rencontrer un pape?  Ma femme me dit :         « Va falloir aller magasiner! » (Ah non!)
  • De quoi va-t-on parler avec lui en tête-à-tête?
  • Doit-on apporter du vin en cadeau pour le repas ou un autre cadeau? Vais-je pouvoir répondre à ses questions sur le sujet de la rencontre?
Que de questions!

Nous arrivons au Vatican pour cette réunion inter Églises sur l’unité des chrétiens. Ce fut une rencontre extrêmement enrichissante et très sympathique avec tous ceux qui étaient présents. Le Pape François nous a tous surpris par son accueil des plus chaleureux. Pendant le repas, il s'entretient avec chacun, de notre famille, de nous, de nos enfants. Il s’informe comme un ami, nous n'éprouvons aucune gêne, la conversation coule facilement.

Au moment du départ, le Saint-Père remet à chacun les Quatre Évangiles et insiste pour nous dire : « Ceci n’est pas un souvenir du pape à conserver dans le fond d’un tiroir ou sur une tablette.  Ouvrez cette Parole à chaque jour, car Dieu veut vous parler ».
 
Dans son partage, John Arnott nous a très bien transmis ses états d’âme et ce qui l’habitait autour de cette rencontre privilégiée. Il a bien senti que l’intérêt du pape pour l’unité des chrétiens était réelle et palpable.
 
Témoignage recueilli par Marc Nuckle
Lors d’une rencontre du CCRC sur l’unité des chrétiens 

 
RÉSUMÉ DE LA RENCONTRE SUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS 
avec Matteo Calisi, ami personnel du pape François
et le pasteur John Arnott de « Catch The Fire » de Toronto
tenue à l’Alliance en avril 2016 et organisée par le CCRC
 
Matteo, ami personnel du Pape François, nous a partagé ce projet d’unité des chrétiens qui tient vraiment au cœur du Pape. Il s’est souvent référé aux propos de ce dernier et à la position de l’Église sur ce rapprochement entre chrétiens. Il a su mettre en évidence ce que le Renouveau charismatique a en commun avec les évangélistes, pentecôtistes, et méthodistes.

En effet, nous nous rejoignons dans la prière spontanée, le partage de l’Évangile et la prière à l’Esprit-Saint. Le Pape voit le Renouveau charismatique comme un trait d’union ou un pont entre les catholiques et les autres chrétiens.

John Arnott a su animer nos soirées de partage par ses enseignements. «L’Unité dans la diversité » et « l’Unité dans la prière », sont des thèmes qu'il a abondamment développés, en plus de nous faire vivre une belle unité dans la prière avec nos autres frères. Mais ce qu’il nous a surtout fait comprendre, c’est que l’Église du Christ est le peuple de Dieu et que notre réalité sacerdotale de fils et filles de Dieu fait de nous des célébrants et non pas des spectateurs au sein de l’Église.

John nous a aussi longuement entretenu sur l’Esprit-Saint qui nous guide et nous conduit et il nous a rappelé que nous sommes tous enfants de Dieu le Père.

Matteo, quant à lui, nous a invité à pardonner les blessures que nos Églises se sont infligées mutuellement et à plutôt partager sur tout ce qui nous lie. La division n’est pas un fruit de l’Esprit-Saint.

Il nous a aussi parlé de l’histoire de l’effusion de l’Esprit-Saint dans l’Église. À d’importants tournants de l’histoire de l’Église, plusieurs papes ont prié pour la recevoir, comme le pape Léon XIII au tout début du siècle dernier et le pape Jean XXIII lors du concile Vatican II.
 
Après ces quelques jours passés à partager, comment ne pas remercier tous les prêtres ainsi que tous les pasteurs des différentes Églises présents à cette rencontre inoubliable sur l’unité des chrétiens. Un immense merci aussi au pasteur Daniel Boudrias et à l’équipe de l’Alliance pour leur excellente animation musicale.

Quelle belle rencontre préparatoire au congrès de juin!
 
Marc Nuckle  

                                                                  

Quoi de neuf - Diocèses

 

Visitez cette section pour être informé des activités du Renouveau charismatique catholique francophone des différents diocèses du Canada.

Cliquez ici pour voir l'agenda de activités.


 

Quoi de neuf - Centres de prières

 

Visitez cette section pour être informé des activités des centres de prières.

Cliquez ici pour voir l'agenda des activités.


 
LA PAROLE DE DIEU DANS LA SOIRÉE DE PRIÈRES

 
Lors de ma conversion, le Seigneur s’est présenté à moi à travers les Évangiles que j’ai lus et relus pendant deux mois. J’avais continuellement la Parole dans les mains et Elle me parlait, m’éduquait et me guidait.

Les Évangiles ce n’est pas comme un livre d’histoire, un roman, ou une biographie. C’est Dieu qui me parle. Il me dit : « Et toi, qui dis-tu que Je suis? »  « Je ne te connais pas Seigneur, mais parles-moi ».  Et Il m’a parlé par mes lectures des Saints Évangiles et surtout lors de nos partages sur la Parole pendant nos soirées de prières.

Lors de ces échanges, j’ai constaté que la Parole rejoignait chaque personne différemment selon son cheminement ou selon ses besoins du moment présent. Elle me faisait grandir et m’ouvrait à l’écoute des autres et à chaque situation personnelle. J’ai aussi appris à parler d’Elle devant un groupe et à l’aimer pour les fruits qu’Elle donnait à chacun des membres du groupe de prières. J’ai vu La Parole enseigner, guider, parler, reprendre et consoler. Elle est puissante la Parole de Dieu!
 
J’ai aussi demandé l’Esprit-Saint à maintes reprises de discerner la volonté du Seigneur: « Que me veux-tu, Seigneur? Que veux-tu que je fasse pour toi, Seigneur? » Souvent, Il me répondait par sa Parole qui est aussi l’outil essentiel pour le discernement des esprits.  
 

Au fil du temps, nous apprenons, toujours par Sa Parole, à connaître Sa Volonté, Son Chemin, Son projet pour chacun de nous, mais surtout, son Amour éternel.
 
La Parole est l’élément le plus important dans une soirée de prières car c’est ainsi que Dieu nous parle….
 

Marc Nuckle

 
LE CONGRÈS DANS L’UNITÉ DES CHRÉTIENS
16-17-18 juin 2016 à Québec
 
La grâce du Renouveau charismatique catholique est venue en 1967 des protestants. Deux professeurs catholiques de l’Université Duquesne ont été baptisés dans l’Esprit Saint lors d’un déjeuner des hommes d’affaires du Plein Évangile, un groupe formé de gens de toutes les Églises, mais surtout des Églises protestantes. Puis, ces deux professuers organisèrent une retraite pour des universitaires catholiques pendant laquelle le Seigneur répandit la grâce de l’effusion de l’Esprit Saint dans l’Église catholique romaine. De là, la grâce se répandit dans presque tous les pays du monde. Il y a environ 140 millions de catholiques qui en ont été touchés et environ 500 millions de chrétiens non-catholiques.
 
Voici une déclaration formelle du Concile Vatican II en 1964 :
« Le saint Concile souhaite instamment que les initiatives des fils de l’Église catholique progressent unies à celles des frères séparés, sans mettre un obstacle quelconque aux voies de la Providence et sans préjuger des impulsions futures de l’Esprit Saint. Au surplus, le saint Concile déclare avoir conscience que ce projet sacré, la réconciliation de tous les chrétiens dans l’unité d’une seule et unique Église du Christ, dépasse les forces et les capacités humaines. C’est pourquoi il met entièrement son espoir dans la prière du Christ pour l’Église, dans l’amour du Père à notre égard, et dans la puissance du Saint-Esprit : « L’espérance ne déçoit point : car l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné ». 
(Rm 5, 5)


Cette décision en faveur de l’unité des chrétiens du Magistère de l’Église catholique romaine est en train de se réaliser sous nos yeux progressivement. La grâce du Renouveau charismatique est avant tout un moyen privilégié par Dieu pour unir les enfants de Sa famille, l’Église du Christ. Le Renouveau charismatique est enraciné dans la grâce de l’Unité des Chrétiens. La force du Renouveau charismatique découle de notre fidélité à l’amour de toute la Famille de Dieu.

C’est pourquoi le Conseil Canadien du Renouveau Charismatique convoque tous les catholiques charismatiques à venir aimer et louer le Seigneur, à fréquenter les Saintes Écritures, à imposer les mains pour la guérison en compagnie de nos frères dans le Seigneur lors du congrès chrétien dans l'Esprit (voir détails plus bas). C’est la fête de la Famille de Dieu. Le Père Lui-même nous y convoque en tendant Ses mains, Jésus et l’Esprit Saint, vers nous. Ne manquez pas un tel rendez-vous. Quelles bénédictions nous y attendent!   
  
Henri Lemay
Président - CCRC

 
CONGRÈS CHRÉTIEN DANS L’ESPRIT
16 juin (19 h) au 18 juin 2016 (22 h)
 
Premier Congrès national dans l’unité des chrétiens
initié par le Conseil Canadien du Renouveau Charismatique
 
"Que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi,
qu'ils soient un en nous eux aussi, pour que le monde croie
que c'est toi qui m'a envoyé." Jn 17, 21
  
Endroit : Externat Saint-Jean-Eudes, 650 Ave Bourg-Royal, Charlesbourg, Qc

Inscription:
Raymonde Fortuné
Secrétariat du congrès pour l’unité des chrétiens
12430, 60e avenue
Montréal QC H1C 1P5 


Courriel : congres.ccrc@gmail.com
Téléphone au 514-903-9059

 
Cliquez ici pour plus de détails

 
Le Jubilé d’Or
 
Alors que nous approchons du Jubilé d’Or du Renouveau Charismatique Catholique en 2017, l'ICCRS et la Fraternité Catholique, en réponse à l'invitation du Pape François, organisent un événement pour célébrer le 50e anniversaire du début du Renouveau Charismatique dans l'Église Catholique, qui avait débuté au cours du "Week-end Duquesne" les 17 et 18 février 1967.


Pour vivre et célébrer cet événement, le Conseil canadien du renouveau charismatique et le Centre de prière l’Alliance de Trois-Rivières prennent l’initiative d’organiser un pèlerinage.

Voici les forfaits offerts :

 
  • 21 mai au 5 juin 2017 : Pèlerinage à Rome, Assise, Medjugorje et participation au congrès à Rome, animé par Denise Bergeron et l’équipe de l’Alliance.
 
  • 27 mai au 5 juin 2017 : Pèlerinage à Rome, Assise et participation au congrès, animé par l’abbé Yves Rancourt et Monique Larochelle.
Plus de détails suivront dans les prochains bulletins.
 
Pour visionner l’invitation du St-Père cliquer sur ce lien : invitation du pape


 
selonsaparole@outlook.com
 

Nous vous invitons à partager ce bulletin
avec vos amis et votre groupe de prière.

Ils pourront s'inscrire
pour recevoir le prochain numéro,
en cliquant sur le lien ci-dessous.
 
Copyright © 2016 Conseil canadien du renouveau charismatique, Tous droits réservés.


Lien pour vous désinscrire  

Email Marketing Powered by Mailchimp