Copy



 

Le bulletin du portail sur la migration environnementale est réalisé dans le cadre du projet MECLEP (Migration, environnement et changement climatique : données à l’usage des politiques), financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’OIM. 

Bulletin du portail sur la migration environnementale
Plateforme d’information sur la mobilité humaine face aux changements climatiques
Premier trimestre 2016

Tweet
Share
Share
Forward

Migration, environnement et changement climatique
Dernières nouvelles

CCNUCC – COP21
30 novembre 12 décembre 2015
Paris (France)

 
Négociations et résultat
Après deux semaines d’intenses négociations, les délégués de 195 Etats ont adopté, le 12 décembre 2015, l’Accord de Paris, qualifié par beaucoup d’historique. Juridiquement contraignant, celui ci vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d’enrayer le changement climatique. Tout au long de la Conférence, qui s’est accompagnée d’un grand nombre de manifestations parallèles, d’ateliers et d’autres activités réunissant près de 40 000 délégués représentant des gouvernements nationaux et locaux, la société civile, le secteur privé et les milieux de la recherche, la migration environnementale a occupé une place de choix dans l’ordre du jour. Plusieurs manifestations parallèles ont traité directement de cette question qui, dans les négociations mondiales, est apparue comme une question transversale. D’où l’incorporation de la migration dans le préambule de l’accord :
« Considérant que les changements climatiques sont un sujet de préoccupation pour l’humanité tout entière, les Parties devraient, lorsqu’elles prennent des mesures pour faire face à ces changements, respecter, promouvoir et prendre en considération leurs obligations respectives concernant les droits de l’homme, le droit à la santé, les droits des peuples autochtones, des communautés locales, des migrants, des enfants, des personnes handicapées et des personnes en situation vulnérable, et le droit au développement, ainsi que l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et l’équité entre les générations. » 
En outre, les déplacements sont explicitement mentionnés dans les décisions relatives aux pertes et préjudices:
« Demande également au Comité exécutif du Mécanisme international de Varsovie [...] de créer une équipe spéciale pour compléter et mettre à profit les travaux des organes et groupes d’experts existant au titre de la convention [...] en vue d’élaborer des recommandations relatives à des démarches intégrées propres à prévenir et réduire les déplacements de population liés aux effets néfastes des changements climatiques et à y faire face. »
Si la migration environnementale a été abordée, c’est également grâce aux efforts du Groupe consultatif sur le changement climatique et la mobilité humaine, composé du HCR, de l’OIM, de l’UNU-EHS, du PNUD, de l’IDMC/NRC, de Refugees International (RI), de Sciences Po‑CERI, et du Réseau arabe pour l’environnement et le développement (RAED). Les travaux du Groupe sont ancrés dans les décisions des Parties à la CCNUCC visant à améliorer la compréhension et à renforcer l’action dans le domaine des déplacements, des migrations et de la réinstallation planifiée imputables aux changements climatiques. La « mobilité humaine » est un terme générique qui englobe les déplacements de population, les migrations et les réimplantations planifiées.
                                                  
La COP 21 a aussi été ponctuée par de nombreuses manifestations consacrées à la migration et au climat. C’est la première fois que les aspects du changement climatique relatifs à la mobilité humaine faisaient l’objet d’un certain nombre d’initiatives, qui ont été l’occasion d’exposer un large éventail de points de vue (décideurs, société civile, chercheurs, médias, avocats et artistes) sur ce domaine thématique. La richesse de ces opinions, observations, points de vue et informations a permis de susciter un vif intérêt pour la migration dans le contexte du changement climatique d’un bout à l’autre de la Conférence, et, en définitive, d’obtenir que la migration soit incluse dans l’accord. La diversité et la créativité de ces initiatives, ainsi que la détermination de nombreux spécialistes d’horizons différents à attirer l’attention sur l’importance des migrations d’origine climatique méritent davantage de visibilité et de soutien.

Pour plus d’informations : COP21 Paris Agreement: A Stepping Stone for Climate Migrants (EN), de Dina Ionesco, Chef de la Division Migration, environnement et changement climatique.
 
Logo © COP21, 2015
Mobilité humaine à la COP 21 (EN)

COP21
Table ronde de haut niveau

10 décembre 2015
Paris (France)

 
Une table ronde de haut niveau sur la mobilité humaine et le climat, organisée par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour le compte de l’initiative Unité d’action des Nations Unies, s’est tenue à Paris (Le Bourget) le 10 décembre. Cette manifestation parallèle a réuni Nicolas Hulot (Envoyé spécial du Président de la République française pour la protection de la planète et Président de la Fondation Nicolas Hulot), Kamal Uddin Ahmed (Secrétaire, Ministère de l’environnement et des forêts du Bangladesh), Volker Turk (Haut-Commissaire assistant, Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés), Monique Barbut (Secrétaire exécutive, Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification), Kyung-wha Kang (Secrétaire générale adjointe, Bureau de la coordination des affaires humanitaires), Jan Egeland (Secrétaire général, Conseil norvégien pour les réfugiés), Seb Dance (député au Parlement européen), Youba Sokona (Vice-Président, Groupe d’experts intergouvernemental pour l’étude du changement climatique), Alfredo Zamudio (Directeur général, Observatoire des situations de déplacement interne), Philippe Lévêque (Directeur général, CARE France) et Michelle Leighton (OIT, Chef du Service des migrations de main-d’œuvre).

Cette table ronde a été présidée par le Directeur général de l’OIM, William Lacy Swing, qui a affirmé que nous sommes confrontés à d’importants flux de migrants et de réfugiés, et que le changement climatique est l’une des causes profondes du nombre record de migrations forcées. C’est en exploitant le potentiel positif qu’offre la migration en tant que stratégie d’adaptation au changement climatique que nous pourrons venir en aide à ceux qui, tôt ou tard, pourraient avoir besoin de migrer dans la dignité ».

Photo : Panélistes de la manifestation parallèle de haut niveau organisée
dans le cadre de l’initiative Unité d’action des Nations Unies
© OIM, 2015

Lancement de l’Atlas des migrations environnementales
5 décembre 2015
COP 21 – Paris (France)

 
L’Atlas des migrations environnementales (dont la version intégrale paraîtra au début de 2016) a été officiellement lancé en présence de hauts fonctionnaires dans le cadre d’une exposition sur les migrations environnementales intitulée « Destins croisés – Migrations, environnement et climat », organisée par l’OIM au Musée de l’histoire de l’immigration. S’appuyant sur les connaissances existantes, les données et les études de cas produites au fil des ans par l’OIM, d’autres organisations internationales, les milieux universitaires et les chercheurs du monde entier, l’Atlas des migrations environnementales est un outil novateur qui donne un aperçu visuel de l’évolution des migrations humaines sous la forme de cartes, d’illustrations et de textes explicatifs réalisés sous la supervision de spécialistes mondiaux. La version anglaise paraîtra au printemps de 2016..
Image © OIM, 2015
Voir la version française (FR)

12e Conférence des Parties à la Convention
des Nations Unies sur la lutte contre la désertification

 12 23 octobre 2015
Ankara (Turquie)

 
Plus de 6 000 délégués étaient réunis à l’occasion de la COP 12 de la CLD pour débattre des moyens d’enrayer et d’inverser la dégradation des terres sous toutes ses formes. Une définition de la neutralité en matière de dégradation des terres a été adoptée, un objectif à atteindre d’ici à 2030. Il a été souligné que les liens avec le processus de négociations en cours dans le cadre de la CCNUCC devaient être renforcés. Tout au long de la Conférence, les interventions ont mis en relief l’articulation entre la dégradation des terres et les migrations. De nombreux délégués ont cité des éléments démontrant que la dégradation des terres est un facteur de migration et de conflit, et ont insisté sur la nécessité de parvenir à la neutralité en matière de dégradation des terres afin de permettre aux populations de choisir de rester.
Logo © COP12, Ankara 2015

Informations sur les activités MECC de l’OIM
 

Pour des informations actualisées sur les activités de l’OIM en matière de migration, d’environnement et de changement climatique, consulter la page des Dernières nouvelles à l’adresse  

Informations sur le projet MECLEP

Informations sur le projet MECLEP « Migration, environnement 
et changement climatique: données à l’usage des politiques »  


 

Depuis son lancement, en 2014, le projet MECLEP a connu un développement rapide. L’année 2015 a marqué une étape importante dans sa mise en œuvre. Les travaux de recherche sur les six pays visés par le projet (République dominicaine, Haïti, Kenya, Maurice, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Viet Nam) se sont accélérés, permettant de publier trois évaluations nationales sur les questions de migration, d’environnement et de changement climatique, de réaliser une visite d’étude (Viet Nam), et d’organiser quatre formations de chercheurs. En outre, des cartes régionales et des infographies ont été réalisées. Les profils de chacun des pays visés par le projet sont désormais affichés sur le portail sur la migration environnementale. Ils offrent un aperçu des questions liées à la migration environnementale.

Quatre formations à l’intention des décideurs, organisées en Haïti, en République dominicaine, au Kenya et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ont rassemblé des décideurs et des chercheurs et ont permis de tester les modules du premier manuel de formation, qui doit être publié en 2016. Dans tous les pays visés par le projet, des groupes de travail techniques se sont réunis pour examiner les questions en jeu. Cependant, un public plus vaste d’universitaires et de non‑universitaires extérieurs à ces pays est également ciblé : plus de dix aide‑mémoire ont été publiés, des bulletins d’information mensuels ont rendu compte des faits nouveaux et des dernières publications, tandis que les comptes Twitter et Facebook du projet donnent à des milliers de lecteurs des informations quotidiennes.
 
Quelles seront les réalisations du projet pendant sa dernière année de mise en œuvre ? Outre la publication du manuel de formation et d’autres évaluations de pays, de nouvelles enquêtes seront réalisées et d’autres formations de décideurs seront organisées. Un rapport comparatif final rassemblera les connaissances acquises et analysera les résultats des enquêtes par pays.

 
Photo : Participants aux ateliers organisés à Port Morseby (Papouasie-Nouvelle-Guinée) (gauche)
et à Nairobi (Kenya) (droite) © OIM, 2015

Défis, enjeux et politiques : Migrations, environnement et changements climatiques en Haïti (FR)

Réalisée dans le cadre du projet MECLEP, cette étude bibliographique consacrée à la multiproblématique de la migration, de l’environnement et du changement climatique constitue une première approche de la question en Haïti. Ce pays est le plus vulnérable de la région Amérique latine et Caraïbes. Il fait face à presque tous les types de changements environnementaux possibles, qui ont souvent des incidences sur les flux migratoires. En ce qui concerne le cadre politique, Haïti est le premier pays d’Amérique centrale et des Caraïbes à inclure le lien entre l’environnement et la migration interne dans son projet de politique migratoire en 2015. Par ailleurs, plusieurs politiques planifiées de développement et d’adaptation au changement climatique tiennent compte des migrations internes et des déplacements.
Image de couverture © OIM, 2015
 

Série d’aide-mémoire sur la migration, le changement climatique et l’environnement – Nouveaux numéros

Smiley face
 
Smiley face
Utiliser la migration pour développer la résilience face au changement climatique à Maurice
 
Réimplantations dues au changement et à la politique climatiques : un défi pour la justice sociale
   
Smiley face
 
Smiley face
Les pauvres paient le prix : Nouvelles données d’étude sur la mobilité humaine, le changement climatique et les catastrophes
 
Quand la migration profite t elle aux ménages ? Analyse d’environnements vulnérables en Haïti
   
Smiley face
 
Smiley face
Exemples de politiques susceptibles d’influer sur les liens entre l’environnement et la migration en République dominicaine
 
La réimplantation : une stratégie d’adaptation au stress environnemental : Enseignements tirés dans le delta du Mékong au Viet Nam

Informations sur la base de données de recherche

Environmental Change, Adaptation and Migration - Bringing in the Region
Unless We Act Now: The Impact of Climate Change on Children
Human rights, climate change and cross-border displacement: the role of the international human rights community in contributing to effective and just solutions
Environmental Migration and Social Inequality
Power, People, Planet: Seizing Africa's Energy and Climate Opportunities (Africa Progress Report 2015)
Ethiopian Panel on Climate Change: First Assessment Report - Health and Settlement
The Human Cost of Weather Related Disasters 1995-2015
Climate Change and Human Rights
“There is No Time Left” Climate Change, Environmental Threats, and Human Rights in Turkana County, Kenya
 
Rechercher dans la base de données

Prochainement

Exposition : Destins croisés – Migrations, Environnement et Climat
jusqu’au 17 janvier 2016

Musée de l’histoire de l’immigration, Paris (France)

Conférence : Understanding and Tackling the Migration Challenge: The Role of Research
4 5 février 2016

Bruxelles (Belgique)

Débat thématique de haut niveau sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable et le changement climatique
10 12 avril 2016

New York (Etats Unis d’Amérique)

Sommet mondial sur l’aide humanitaire
23 24 mai 2016

Istanbul (Turquie)
En savoir plus
Website
Website
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
LinkedIn
LinkedIn
Pour afficher sur le portail de la migration environnementale des travaux de recherche, des publications, des annonces de manifestations, des vidéos et autres documents, veuillez écrire à meclep@iom.int.  
Le présent bulletin d’information est réalisé avec l’aide de l’Union européenne. Son contenu n’engage que l’OIM et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant le point de vue de l’Union européenne ou de l’OIM.

Notre adresse électronique est :
meclep@iom.int

Copyright © 2016. Organisation internationale pour les migrations. Tous droits réservés.