Copy
Si ce message n'apparaît pas correctement, cliquez ici: afficher dans le navigateur

Stévia: les droits bafoués des Guaranis


Chère lectrice, cher lecteur,
Pauvre en calories, inoffensive pour les dents et au pouvoir édulcorant bien supérieur au sucre, la stévia est de plus en plus utilisée dans l’industrie comme alternative saine au sucre. Les entreprises qui commercialisent sodas, chocolats ou bonbons adoucis grâce aux vertus de cette plante en vantent l’origine «naturelle». Pourtant, les édulcorants industriels qu’elles utilisent sont obtenus après une série de procédés chimiques complexes et n’ont plus grand-chose en commun avec les feuilles de stévia. Outre les slogans trompeurs utilisés par les marques, un récent rapport de la Déclaration de Berne (DB) dénonce le modèle d’affaires de l’industrie, basé sur un cas flagrant de biopiraterie.
Pendant que les géants de l’agroalimentaire se régalent, la stévia a un goût particulièrement amer pour les Guaranis du Paraguay et du Brésil. Eux qui ont découvert les propriétés édulcorantes de cette plante il y a des siècles ne perçoivent rien des bénéfices engendrés par ce commerce très lucratif. Pourtant, selon la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique, ils devraient bénéficier d’un partage équitable des avantages retirés de l’utilisation de «leur» plante et de leur savoir traditionnel. Au lieu de cela, ils vivent dans la plus grande pauvreté, tandis qu’une poignée de multinationales, dont Coca-Cola et Cargill, s’enrichissent à leurs dépens.

En dénonçant la face cachée de ce marché et en stimulant le dialogue entre l’industrie et les pays d’origine de la stévia, la DB s’engage pour que les droits des Guaranis soient reconnus et respectés. Engagez-vous avec nous pour faire entendre leur voix!
 
Je veux soutenir le travail de la DB !
Par votre don, vous nous permettez de poursuivre notre action afin que les droits des populations défavorisées de la planète ne soient plus bafoués par quelques multinationales sans scrupule.

Merci de votre soutien!

Pour la Déclaration de Berne,
Floriane Fischer

Déclaration de Berne (DB) | Av. Charles-Dickens 4 | 1006 Lausanne | ladb.ch


        
 

Vous recevez cet e-mail parce que vous nous avez transmis votre adresse frf@riseup.net.
Nous traitons vos données personnelles de manière confidentielle: protection des données.

Veuillez cliquer ici pour mettre à jour vos données.
Vous ne désirez plus recevoir notre newsletter? Vous pouvez vous désinscrire ici.
Pour nous faire part de vos suggestions ou remarques, écrivez-nous à newsletter@ladb.ch.