Copy
#ACTUEGALITEFH

L'actualité de l'égalité femmes- hommes - 15 mars 2017
# LE MAIL DE MARIE-LAURE SAUTY DE CHALON
PRESIDENTE DIRECTRICE GENERALE DU GROUPE AUFEMININ

 
Le Groupe "aufeminin" vient d'afficher de brillants résultats financiers pour 2016. Sa Présidente s'explique sur ce succès.
« Les femmes sont de plus en plus actives (84% des 25-49 ans) et ont toujours eu une part prépondérante dans les décisions relatives au foyer. Elles assument des responsabilités importantes, à la fois par leur activité professionnelle et le rôle qu’elles jouent au sein de leur famille, vis-à-vis de leurs enfants et de leurs parents, puisque les enfants partent plus tard du domicile familial et coûtent plus cher (études plus longues/étranger, insertion professionnelle plus difficile) et que leurs parents vivent plus longtemps.
Mais elles sont aussi plus fragiles et représentent 80% des précaires en France. Du fait des interruptions de carrière pour l’éducation des enfants et du revenu moyen qui est plus faible pour les femmes (20% en moyenne inférieur à celui des hommes), la pension de retraite qui leur sera versée sera très insuffisante pour maintenir leur niveau de vie.
Cette situation peut être encore plus difficile lorsqu’elles sont seules après un divorce ou une séparation (123.500 divorces en 2014 et dans 85% des cas c’est la mère qui est en charge des enfants). Cela se traduit par une baisse de 20% de pouvoir d’achat (contre 3% chez les hommes).
Alors, il est absolument central pour l'égalité femmes/hommes d'aider les femmes. A gagner confiance en elles. A préparer les différents moments de la vie.  A assurer leur indépendance financière. A s'entraider. A monter des business. A prendre des risques. A préparer leur avenir. Aujourd'hui encore, c'est plus difficile pour une femme de faire appel à des banquiers, de lever des fonds, de gravir dans les hiérarchies, alors que les études montrent que leurs résultats sont meilleurs et que nous avons tous intérêt à la parité.
C'est un des objectifs centraux du Groupe aufeminin, et c'est ce qui nous a permis de créer une relation unique avec les femmes dans de nombreux pays. Le women empowerment donne des ailes pour entreprendre. A mettre en lumière des femmes d'exception, et à accompagner les projets. Les marques ont pris conscience durablement de l'importance des femmes, et ont compris qu'elles avaient intérêt à s'associer à nous pour créer des contenus. C'est ce qui nous a permis depuis 15 ans de continuer à nous développer, avec une croissance vertueuse sur tous nos segments de marché. »

# CE QUE NOUS AVONS RETENU DU 8 MARS

L'édition 2017 du 8 mars, à de rares exceptions près, est désormais bien comprise comme "la journée internationale des droits des femmes" et non plus "la journée de la femme". Pas inutile de rappeler l'origine du 8 mars : sous l’impulsion des militantes allemandes Clara Zetkin (1857-1933) et Rosa Luxemburg (1871-1919), les femmes socialistes se regroupent en Internationale en 1907; trois ans plus tard, réunies en conférence à Copenhague (Danemark), elles décident d’une journée d’action annuelle pour servir à la « propagande en faveur du vote des femmes », sans toutefois fixer de date précise. Ce n'est qu'à partir de 1017, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier. Il faudra attendre 1977 pour que l’Organisation des Nations unies commence à célébrer la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars. Le 8 mars 1982, à l'initiative du MLF et de la ministre déléguée aux Droits de la Femme Yvette Roudy, le gouvernement socialiste de François Mitterrand donne un statut officiel à la journée en France.
 

Conférence internationale des femmes socialistes - Copenhague 1910
 
La presse - écrite et audiovisuelle, française et étrangère - a très largement couvert cette journée; les polémiques et les moqueries d'antan ont laissé place à un traitement en profondeur des enjeux réels de l'égalité femmes-hommes. Dommage tout de même que 100% des sujets diffusés par les grandes chaines de télévision aient été réalisés par des femmes ... A écouter ici.

Sur Google les différentes requêtes afférentes au sujet proposaient respectivement 15,3 millions ("journée de la femme"), 19,8 millions ("égalité femmes-hommes") et 20,9 millions ("journée du droit des femmes") de réponses...
 
Le 8 mars a été "célébré" par une immense variété d'actions, d’événements, d'initiatives, en France, à Paris comme en Régions, et à l'étranger. Parmi elles, nous avons relevé : 

- Laurence Rossignol est connue pour défendre bec et ongles l'avortement, la pénalisation de la prostitution et la lutte contre le sexisme. Le 9 mars, elle a remis 16 Prix sous le label "Sexisme pas notre genre" pour récompenser les initiatives les plus remarquables pour faire avancer l'égalité. "Parce que la mobilisation contre le sexisme doit continuer au-delà du 8 mars !" le chemin vers l'égalité réelle reste long, fragile et sinueux. Retrouver ici l'interview de Laurence Rossignol

- Un diaporama consacré aux femmes au travail : "Dans leur cadre professionnel, elles ont presque toutes été confrontées au sexisme ou à des discriminations. Elles en ont souffert, ri pour certaines... mais toutes proposent des solutions pour l'avenir. Principale solution, l'éducation à l'égalité dès le plus jeune âge."

- La ville australienne de Melbourne a remplacé sur ses feux rouges les bonhommes traditionnels par des personnages féminins, à l’un des carrefours les plus fréquentés de la ville. Il s’agit d’une expérimentation qui durera 12 mois, afin de sensibiliser l’opinion à l’égalité entre les sexes. “L’idée derrière ces “carrefours de l’égalité” est de promouvoir l’égalité entre les sexes et de réduire les préjugés inconscients, en changeant l’iconographie que l’on voit tous les jours, en particulier aux feux rouges”, a expliqué Martine Letts du Comité de Melbourne, ONG constituée de plus de 120 entreprises et associations locales, à l’origine de l’initiative.
 

- Une université galloise a décidé d’interdire les expressions correspondant à des stéréotypes de genre.

- "Des femmes et un homme sur le trottoir, dans le centre du Puy-en-Velay, avec un slogan simple : "On veut des droits pas des cadeaux !". C'est le mot d'ordre de ce 8 mars. Ces militant.e.s des droits des femmes dénoncent la récupération commerciale, voire sexiste, de cette journée du 8 mars alors qu'il reste beaucoup à faire pour l'égalité hommes-femmes, dans le monde du travail en particulier. "Il y a 20% d'écart salarial en moyenne encore entre les femmes et les hommes" affirme Thomas Nicolle, directeur du Centre d'Information sur les Droits des Femmes et de la Famille, "c'est une barrière très importante qui a des conséquences énormes parce que ces 20% d'écart salariaux deviennent 40% à la retraite".
 

 
- Certaines marques continuent néanmoins à exploiter sans vergogne le 8 mars comme un tremplin de leurs stratégies marketing : "Je ne compte plus le nombre d’e-mails que je reçois depuis 24 heures, m’annonçant que j’ai gagné une culotte gratuite ou 20% de réduction chez Marionnaud. Nul doute que ça va vraiment changer ma vie en profondeur, et que c’est de ça dont les femmes ont vraiment besoin au quotidien. Après, si les marques se permettent ce genre d’initiatives, c’est que ça veut dire ça marche. Si elles perdaient de l’argent, elles ne perdraient pas de temps. Ce qui me rassure un peu, c’est que je vois que sur ce terrain, c’est en train de changer. Parmi les rouges à lèvres à -30% et les épilations intégrales offertes, il y a des boîtes qui commencent à organiser des opérations commerciales pour le 8 mars et décident de reverser une partie des bénéfices à des associations (...). Ca prouve que quelque chose est bien en train de se passer dans l’espace public". Retrouver l'article complet.

- Dans la nuit du 7 au 8 mars, 2 ans après sa création, le site "Les Expertes", qui recense des spécialistes femmes pour inciter les médias à leur donner davantage la parole, a lancé une nouvelle version avec une base de données élargie, un moteur de recherche «plus rapide et performant» et répertorie 3000 expertes originaires de 30 pays. Lancé par France Télévisions, Radio France et le groupe Egae, le site change aussi de design et d'adresse : http://expertes.fr.

- Une sélection d'affiches et de slogans des manifestations de femmes rivalisant d'humour.
# L'AGENDA DU LABO
 
- 23 mars / 18h : Rencontre de l'égalité : "Le sexisme dans le monde du travail et l’univers du cinéma"
Contact : Lila Ferguenis -
laboratoire.egalite@gmail.com / Inscription via : https://www.weezevent.com/inscription-rendez-vous-de-l-egalite-laboratoire-de-l-egalite
# LA PUB SAINT LAURENT SANCTIONNEE
Dans notre précédente édition, nous nous étions fait - discrètement - l‘écho d’une publicité de la célèbre marque affichant des femmes dans des positions dégradantes. Plusieurs personnalités et des milliers d’internautes ont réagi plus violemment (avec le hashtag #YSLRetireTaPubDégradante) et plus de 200 plaintes ont été déposées auprès de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP). Les affiches en question ont été retirées. Comme quoi la mobilisation porte ses fruits.
Monsieur Yves Saint Laurent doit se retourner dans sa tombe, lui qui déclarait :
A titre de rappel, le sexisme en publicité, au même titre que le racisme, est illégal. Il peut être dénoncé par tout le monde, via le site de l’ARPP. Cette dernière a reçu « 120 plaintes pour de multiples « images dégradantes », « femmes-objets », « valorisation de l’anorexie » et « même incitation au viol, avec la notion des jambes écartées », a énuméré Stéphane Martin, le directeur général de l’autorité.
Pour information, voir la campagne « luttons contre les clichés sexistes : No More Clichés ».

# L'ISLANDE 1er PAYS A INSTAURER L'EGALITE DES SALAIRES FEMMES HOMMES 

Ci-dessous rappel de la répartition des temps sociaux selon le sexe (Insee 2009-2010).
Voir à ce sujet le récent éditorial de France-Inter sur ce qui se passe en France où « une femme a moins de droits qu’un ficus » ... 
Le pays nordique s’apprête à faire passer une loi pour établir l’égalité des salaires comme une obligation dans le secteur privé tout comme dans le secteur public. La loi devrait concerner les structures possédant au minimum 25 employé.e.s. Ces entreprises devront payer tou.te.s leurs employé.e.s de manière égale, sans distinction de genre, d’appartenance ethnique, d’orientation sexuelle et de nationalité.


 

# LA PLUPART DES FEMMES PREFERENT TRAVAILLER... ET LA MAJORITE DES HOMMES EST D'ACCORD ! 
Le rapport OIT-Gallup, «Vers un meilleur avenir pour les femmes au travail : ce qu’en pensent les femmes et les hommes » (Towards a better future for women and work: Voices of women and men ), fournit le tout premier bilan des comportements et attitudes générales des femmes et des hommes à l’égard des femmes au travail. Les résultats proviennent de l’Enquête mondiale conduite par Gallup dans 142 pays et territoires en interrogeant près de 149 000 adultes. Ils sont représentatifs de plus de 99% de la population adulte mondiale.
Les conclusions sont révélatrices: un total de 70% des femmes et une proportion équivalente de 66% des hommes préfèrent que les femmes travaillent dans le cadre d’un emploi rémunéré. Ces chiffres équivalent au double des pourcentages de celles et ceux qui préfèrent que les femmes restent à la maison. Dans le monde entier, les femmes préfèrent soit exercer une activité rémunérée (29%) soit être en situation de travailler tout en s’occupant de leur famille (41%), selon le rapport conjoint OIT-Gallup. Seules 27% des femmes souhaitent rester à la maison.
Parmi les 70% de femmes qui souhaitent occuper un emploi rémunéré, on trouve notamment une majorité de femmes qui n’appartiennent pas à la population active. A noter que cela vaut dans presque toutes les régions du monde, y compris dans plusieurs régions où le taux d’activité des femmes est traditionnellement faible, comme dans les Etats et territoires arabes.

Lire l'article de l'Organisation internationale du Travail
# CE QUE PROPOSENT LES CANDIDAT.E.S A L'ELECTION PRÉSIDENTIELLE EN MATIÈRE D’ÉGALITÉ FEMMES - HOMMES
 
A quelques semaines de l'élection présidentielle, plusieurs médias ont tenté d'établir une synthèse des propositions des candidat.e.s les mieux plac.é.es à ce jour dans les sondages. Nous reproduisons ci-dessous une de celles qui nous est apparue la plus objective, effectuée par le site de Kombini.

Cette publication est une contribution à l'analyse et ne saurait être considérée comme exprimant le point de vue officiel du Laboratoire de l'Egalité.

FRANCOIS FILLON
  • Faire respecter la loi qui interdit le port de la burqa.
  • Augmenter les délais de prescription de plainte pour les femmes victimes d’agression sexuelle. "Il faut en moyenne seize ans pour qu’une victime parle."
  • Développer l’hébergement d’urgence à destination des femmes victimes de violences.
  • Encourager les femmes à porter plainte et mettre en place "un cadre sécurisant".
  • Développement de dispositifs pour encourager les entreprises à développer le télétravail, plus accessible pour les femmes seules.
  • Augmenter les amendes en cas de non respect des obligations paritaires par les organisations politiques.
  • L’accès prioritaire aux crèches pour les familles monoparentales et la flexibilisation des horaires des structures de garde.
  • L’accès prioritaire aux logements sociaux pour les femmes isolées.
BENOIT HAMON
  • Renforcement des sanctions en cas de non respect de l’égalité salariale.
  • Augmentation du délai de prescription du viol, qui passerait à vingt ans. "Ce délai est aujourd’hui de dix ans pour les viols commis sur majeurs et de vingt ans pour les viols commis sur mineurs."
  • Création de 4 500 places d’hébergement spécialisé pour les femmes victimes de violences.
  • Création d'un service public de garde d'enfants avec 250 000 nouvelles places d’accueil et des horaires adaptés, notamment pour les mères isolées.
  • Extension du congé paternité à six semaines, dont 11 jours obligatoires.
  • Doublement du budget du ministère du Droit des Femmes. Cette hausse de budget serait notamment financée par des amendes infligées aux partis politiques qui ne respecteraient pas la parité.
  • Pénalités plus sévères appliquées aux partis qui ne respectent pas l’obligation de parité dans les candidatures aux législatives.
 


MARINE LE PEN
  • Lutter contre l’islamisme qui fait "reculer les libertés fondamentales des femmes".
  • Mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femmes-hommes et lutter contre la précarité professionnelle et sociale.
EMMANUEL MACRON
  • Publication du nom des entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. "Nous testerons au hasard, et massivement, les entreprises pour vérifier qu’elles respectent bien la loi en la matière."
  • Les incivilités dans l'espace public, telles que le harcèlement des femmes, ne seront plus tolérées : elles seront punies d'amendes immédiates et dissuasives.
  • Défense du droit à l'intervention volontaire de grossesse (IVG).
  • L'obligation sera faite aux communes de publier en ligne leurs critères d’attribution des places de crèche. "Dans le même temps, nous soutiendrons l’effort massif de construction de places de crèche."
  • Création d'un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneure, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.). Il sera aligné sur le régime le plus avantageux.
  • Parité dans les nominations des grands postes de l’État (agences et directeurs d’administration).
JEAN LUC MELENCHON
  • Instauration de congés parentaux de durée identique entre les parents.
  • Création d'un service public unique d’accueil de la petite enfance et création de 500 000 places supplémentaires en crèche dans les cinq ans.
  • Suppression du travail partiel contraint.
  • Extension à toutes les entreprises de l’obligation d’adopter un plan contre les inégalités de salaire et de carrière entre femmes et hommes, avec obligation de résultat. En cas de non-respect de ce plan, suppression des subventions, des aides publiques et de l’accès aux marchés publics. Il y aurait également une augmentation des sanctions financières et pénales.
  • Obligation pour les entreprises d'observer un pourcentage égal femmes-hommes en formation et un plan de rattrapage.
 

# OPTIMISME MESURE DES JEUNES QUANT AUX CAPACITES DU PROCHAIN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A LUTTER CONTRE LES INEGALITES FEMMES HOMMES DANS LES ENTREPRISES 

Selon une enquête récente, les jeunes font part d’un optimisme mesuré quant à la capacité du prochain Président de la République à lutter contre les inégalités entre femmes et hommes dans les entreprises, d’ici la fin de son mandat. 56% des 18-34 ans anticipent qu’il/elle sera capable d’atteindre l’égalité salariale d’ici 2022, tandis que 57% s’attendent à un succès concernant l’égalité d’accès aux responsabilités. À chaque fois, les hommes se montrent sensiblement plus optimistes que les femmes : 60% contre 53% concernant les salaires, et les mêmes proportions au sujet de l’accès aux responsabilités.
Retrouver l'enquête complète.

# LES 14 OUVRAGES DE LA COLLECTION EGALE A EGAL EN VENTE EN LIGNE

Les versions numériques des 14 livres de la collection "Egale à Egal", éditée par le Laboratoire de l'Egalité, en partenariat avec les Editions Belin sont en vente en ligne sur le site de la Fnac.
Pour tout savoir sur la Collection "Egale à Egal", c'est ICI.

# EN 30 ANS, LA PART DES FEMMES DIRIGEANTES A DOUBLE DANS L'ARTISANAT 

Depuis plusieurs années l’U2P et ses organisations membres, qui représentent 2,3 millions de TPE-PME dans les secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, encouragent le développement de la mixité. Pour l'organisation, "l’expérience montre que la promotion des femmes dans les entreprises de proximité est un facteur incontestable de dynamisme social et de développement économique. Les femmes représentent 44% des actifs dans les professions libérales et 26% de ceux de l’artisanat et du commerce de proximité. La proportion de femmes qui sont à la tête de ces entreprises est plus élevée que la moyenne : 42% des professionnels libéraux, 38% des commerçants de proximité, 23% des artisans, le double d’il y a 30 ans, contre 19% en moyenne dans l’ensemble des entreprises de plus de 10 salariés."
Lire l'article des Echos 
 

# PARCOURS DES FEMMES ET DES HOMMES ET INEGALITES

L'INSEE publie un ouvrage sur les parcours des femmes et des hommes aux différents âges de la vie (scolarité, vies familiale et professionnelle, retraite) et les inégalités qui en découlent.
Quatre dossiers analysent de manière approfondie différents aspects des inégalités entre femmes et hommes. Le premier décrit les progrès récents enregistrés en France concernant l’accès des femmes aux catégories cadres et cadres encadrants en début de vie active. Le deuxième dresse un état des lieux des écarts de pension entre les femmes et les hommes à la retraite en Europe. Le troisième dossier s’intéresse à la délinquance des femmes et des hommes et aux différences de traitement par la justice en France. Le dernier dossier porte sur les stéréotypes quant aux rôles sociaux des femmes et des hommes.
Une trentaine de fiches synthétiques, présentant les données essentielles et des comparaisons européennes, complètent ce panorama sur les femmes et les hommes.
Téléchargement et impression  sur le site de l'INSEE.

# A VOIR ET A FAIRE REGARDER : 10 ENTRETIENS AVEC DES FEMMES EXEMPLAIRES 

Le programme TEDx, conçu pour aider les collectivités, les organisations et les individus à échanger autour d'expériences et de parcours personnels lors d'événements construits autour de présentations qu'il est possible de visionner en libre accès. Ici, celles de 10 femmes exemplaires.

# LA BUDGETISATION SENSIBLE AU GENRE : KEZAKO ? 

La budgétisation sensible au genre, qui permet d’analyser l’impact différencié des dépenses et des recettes des budgets publics sur les femmes et les hommes reste à développer en France, notamment à l’échelon territorial. Ce guide vise à donner des repères et des conseils pour l’adaptation aux collectivités françaises des outils déjà mis en œuvre ou testés en Europe. Gageons que ce guide incite plusieurs d’entre elles à tenter l’expérience de la BSG en s’appuyant sur les dynamiques actuelles d’approche intégrée de l’égalité. Le Centre Hubertine Auclert se tient bien évidemment à la disposition de toutes les collectivités franciliennes qui souhaiteraient mettre en place un budget sensible au genre, pour les accompagner, capitaliser et valoriser l’innovation.

 

# "LA MIXITE DANS LES CONSEILS D'ADMINISTRATION A PROVOQUE UNE OUVERTURE"

Agnès TOURAINE, Présidente de l’Institut français des administrateurs (IFA), dresse un premier bilan de l’apparition de quotas de femmes dans les conseils d’administration et de surveillance.
Lire l'interview.
 

# PRESENCE DES FEMMES DANS LES GRANDES ENTREPRISES : "DOUBLE PLAFOND DE VERRE, MUR D'ENCEINTE, ET ASCENSEUR LEGISLATIF"

Telle est la conclusion du rapport 2016 de l’Observatoire Skema de la Féminisation des Entreprises. Basé sur les données des rapports annuels publiés par 62 des plus grandes entreprises françaises (CAC40 + CAC Next 20), il fait le point et analyse sur la présence des femmes dans les conseils d’administration, les comités exécutifs, la population cadres et les effectifs. Principales conclusions de cette édition :
  • L’augmentation du nombre de femmes dans les Conseils d’Administration résulte plus de la création de nouveaux postes d’administratrices que du remplacement des hommes par des femmes.
  • L’augmentation du nombre d’administratrices ne se traduit pas par un accroissement du nombre de femmes dans les Comités Exécutifs.
  • Le croisement de la féminisation des Conseils d’Administration (contrainte par la loi) et des Comités Exécutifs (laissée libre à la volonté des dirigeants) met en évidence quatre catégories d’entreprises: les Championnes de la Diversité, les Machistes Contrariées, les Irréductibles Machistes et les Potentielles Championnes.
  • Le croisement de la féminisation des Comités Exécutifs et des populations Cadres met en évidence quatre catégories d’entreprises: Les Féminines, les Masculines, les Machistes et les Amazones.
  • Le croisement de la féminisation des populations Cadres et des effectifs met en évidence une accentuation de la bipolarisation sexuelle des entreprises. Les entreprises Féminines sont de plus en plus féminines. Les entreprises Masculines sont de plus en plus masculines.
  • La rentabilité opérationnelle moyenne sur 5 ans (EBITD) est positivement corrélée avec le pourcentage de femmes cadres dans l’entreprise.

 
# LE LABO Y PARTICIPE

24 et 25 mars 2017 : Le Laboratoire de l'Egalité sera présent au "Forum Elle active 2017" organisé au Conseil économique social et environnemental
Inscription gratuite : http://www.easy-web-expo.fr/elleactiveparis2017/
 

# ANNIVERSAIRES DE LA SEMAINE…


Elles ont joué un rôle important dans leur domaine et sont nées entre un 15 et 21 mars … 
 

  • 15 mars 1879 : Marie Juchacz, femme politique, militante du Parti social-démocrate (SPD) et féministe (Allemagne)
  • 16 mars 1750 : Caroline Herschel, astronome, découvre de nouvelles comètes, en particulier la comète périodique 35P/Herschel-Rigollet, qui porte son nom, des nébuleuses et des objets du ciel profond (Allemagne)

 
  • 16 mars1799 : Anna Atkins, botaniste, pionnière de l'utilisation d'images photographiques (notamment par cyanotype) pour l'illustration d'ouvrages imprimés, en l'occurrence des herbiers (Grande-Bretagne)
  • 16 mars 1862 : Wil van Gogh, jeune sœur de Vincent et Theo van Gogh, pionnière du féminisme (Pays Bas)
  • 16 mars 1822 : Rosa Bonheur, artiste peintre et sculptrice, spécialisée dans les scènes de genre avec des animaux et la peinture animalière. Des publications biographiques l'associent aux débuts du féminisme, première femme peintre à recevoir la Légion d'honneur des mains de l'impératrice Eugénie soucieuse de démontrer que « le génie n'avait pas de sexe ». Elle devient ensuite la première femme promue au grade d’Officier (France)
 
  • 17 mars 1665 : Elisabeth Jacquet-de la Guerre, claveciniste, compositrice, la plus célèbre compositrice de l'Ancien Régime sous Louis XIV et Louis XV (France)
  • 18 mars 1848 : Louise d'Angleterre, fille de la reine Victoria, elle aime et protège les arts, fait apprentissage et œuvre de sculptrice et se déclare ouvertement libérale, en opposition au Parti conservateur et féministe (Grande-Bretagne)
  • 19 mars : 1932 : Betty Goodwin, dessinatrice, sculptrice et peintre ayant travaillé notamment sur le thème du deuil, considérée comme l'une des meilleures représentantes de l'art contemporain de son pays (Canada)
  • 20 mars 1940 : Mary Ellen Mark, photographe (Etats-Unis)
  • 21 mars 1642 : Anna Akerhjelm, archéologue, écrivaine, première femme à avoir été anoblie pour ses propres actions, plutôt que celle d'un parent de sexe masculin (Suède)
 
Copyright © 2017 Laboratoire de l'égalité, All rights reserved.
Vous recevez les actualités du Laboratoire de l'égalité. 

Laboratoire de l'égalité
5 rue Thomas Mann
Paris 75013
France

Désinscription ici

 






This email was sent to <<Adresse Mail>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Laboratoire de l'Egalité · 5 rue Thomas Mann · Paris 75013 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp