Copy
#ACTUEGALITEFH

La newsletter du LABORATOIRE DE L’ÉGALITÉ sur l'actualité de l'égalité femmes-hommes
Numéro 4 - 27 mars 2017
# LES FEMMES ET L'ARGENT
Corinne HIRSCH
Laboratoire de l’égalité, administratrice
PWN Paris, administratrice
« Dans le monde d’aujourd’hui, seulement 1% des richesses appartiennent aux femmes et il n’existe aucun pays où le salaire des femmes est équivalent à celui des hommes. En Europe, alors que les femmes sont désormais plus diplômées que les hommes, elles continuent de gagner environ 20% de moins. Lorsqu’on cite « femmes et argent », les stéréotypes évoquent rapidement femme « entretenue » ou « héritière ». Il est temps que les femmes prennent confiance, lèvent les tabous et osent parler argent pour s’en occuper en propre et garantir ainsi leur autonomie et leur indépendance. En tant que Vice-Présidente de PWN Paris (un réseau de femmes qui agit depuis 20 ans pour soutenir le développement professionnel des femmes), en charge des Think Tanks, je co-anime avec Corinne ALBERT et Ulrike LEHMANN un programme « femmes et argent » lancé en 2013. Nous avons tout d’abord réalisé une étude européenne à laquelle ont répondu plus de 800 femmes, preuve de l’intérêt pour le sujet ».
 
Un film primé parmi 400 projets
« Puis nous avons animé des ateliers pendant deux ans et rassemblé ainsi les témoignages et les conseils d’une vingtaine d’expertes. Enfin, nous avons mis en scène toute cette connaissance et réalisé un film documentaire alerte et dynamique dans un seul but : libérer la parole des femmes sur l’argent, leur faire prendre conscience qu’on peut faire un meilleur usage de ses ressources et surtout leur donner les clés pour y arriver ! Dans une Europe vieillissante, où le taux de chômage et le nombre de familles monoparentales ne cessent d‘augmenter, où la question des retraites devient cruciale, nous avons voulu donner aux femmes dans ce film l’énergie pour oser parler d’argent librement.
Le film est lauréat du plan d’action #SexismePasNotreGenre lancé par le Ministère des Droits des femmes, primé dans la catégorie Egalité professionnelle parmi 400 projets. Nous l’avons réalisé bénévolement. Il est mis librement à disposition au bénéfice de la communauté ».
Voir et faire voir le film 
# « LE PACTE POUR L’EGALITE 2017 » DU LABO VIENT D’ETRE PUBLIE
 
Le Laboratoire de l’égalité soumet un nouveau « Pacte pour faire avancer l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes » à la signature des candidat.e.s à l’élection présidentielle.
Alors que l’aspiration à l’égalité professionnelle se manifeste avec une intensité croissante, le Laboratoire de l’égalité souhaite obtenir l’engagement des candidat.e.s à adopter rapidement des mesures concrètes, comme cela s’était produit lors de la précédente campagne présidentielle. Ce Pacte est d'ores et déjà soutenu par le syndicat CFDT.

Lire notre communiqué de presse

# RENDEZ VOUS DE L'EGALITE : "SOIS BELLE ET TAIS TOI"

La Rencontre-débat organisée par le Laboratoire de l'Egalité le 23 mars au siège de BNP Paribas : " Sois belle et tais-toi, le sexisme dans le monde du travail et l’univers du cinéma", avec les auteures des deux derniers ouvrages de la collection « Égale à égal » éditée en partenariat avec les éditions Belin.


De gauche à droite : Brigitte GRESY Secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle, auteure de "Le sexisme au travail, fin de la loi du silence? "
Brigitte ROLLET, chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université Versailles-Saint-Quentin en Yvelines), auteure de "Femmes et cinéma. Sois belle et tais-toi ! "



De gauche à droite : Laurent DEPOND, Administrateur du Laboratoire de l'Egalité, Barbara LEVEEL, Responsable de la diversité du Groupe BNP Paribas

Visionner les extraits vidéos 

# VOUSAUREZMONVOTESI.ORG
 
Le site « vousaurezmonvotesi.org » propose aux femmes d’interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur, notamment, les violences faites aux femmes et les inégalités hommes-femmes. Les mesures sont présentées sous forme de post-it, que les instigatrices du projet espèrent voir diffuser sur les réseaux sociaux au moyen du hashtag #monvotesi.
Parmi les propositions :

# LE LABO Y ETAIT

Olga TROSTIANSKY, Présidente du Laboratoire de l’Egalité,  est intervenue au grand débat de la Fondation des femmes organisé le 24 mars dernier, au cours duquel les candidats à l’élection présidentielle ou leurs représentant.e.s ont tour à tour été interrogé.e.s par trois représentantes d’associations ou expertes sur leurs programmes et les mesures qu’ils entendent prendre pour les droits des femmes. Ainsi Olga TROSTIANSKY a débattu avec Marlène SCHIAPPA BRUGUIERE, représentante d'Emmanuel MACRON.
# LE MONDE PROFESSIONNEL DISCRIMINE

Le 10ème Baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi qui vient d’être publié montre que l’emploi est un milieu particulièrement discriminant. Une personne sur deux considère que les discriminations sont fréquentes au cours d’une recherche d’emploi et une sur trois dans la carrière. Les expériences déclarées par les personnes en activité – en emploi ou chômage – confirment ces représentations, puisqu’un tiers de la population active (34 %) rapporte avoir subi des discriminations liées au sexe, à l’âge, à la grossesse ou la maternité, à l’origine, aux convictions religieuses ou au handicap et à la santé, dans son parcours professionnel au cours des 5 dernières années.

 
# MAROC : LE CHEMIN POUR L’ÉGALITÉ
 
Une rencontre vient de se dérouler entre les représentant.e.s du Conseil économique, social et environnement (CESE) marocain et une centaine de femmes journalistes venues de 23 pays d’Afrique francophone à Rabat dans le but d’échanger sur les avancées réalisées par le Maroc dans le cadre de l’intégration des femmes dans la sphère publique.
 

Nizae BARAKE Président du CESE Marocain
 
Parlant des avancées significatives réalisées par son pays sur la promotion des femmes, Nizae BARAKA, Président du CESE a indiqué:  « L’égalité homme-femme a été instaurée dans toutes les institutions nationales, comme étant une obligation et l'article 19 de la Constitution de 2011 stipule clairement qu’il doit avoir égalité entre l’homme et la femme dans tous les domaines, économique, socioculturel et autres. En politique, le Parlement compte aujourd’hui 67 femmes contre 2 dans les années 1990 et plus de 25% de femmes sont élues au niveau communal contre 0,5% à la même époque. L’accès aux postes de prise de décision dans certains domaines et certains métiers jusqu’ici réservés aux hommes sont maintenant ouverts aux femmes. Sur le plan religieux, les femmes occupent désormais les postes de responsabilité. Le code de nationalité accorde maintenant la nationalité à un étranger marié à une femme marocaine. L’accès des femmes au crédit est garanti par l’Etat jusqu'à 75% afin de leur permettre de monter leurs propres entreprises. Un fond est mis en place pour la prise en charge des femmes veuves et divorcées. Malgré ces avancées, des efforts restent encore à faire sur la discrimination des salaires dans les entreprises privées, l’abandon des études au collège par les jeunes filles en milieu rural, le mariage des mineures ».
# LE PLAFOND DE VERRE AFRICAIN
 
Lors du récent « Africa CEO Forum », un panel de femmes leadeuses de haut niveau a été réuni pour discuter des nombreux obstacles que les femmes doivent surmonter pour évoluer dans leurs carrières. La double charge assumée par la femme pour équilibrer sa vie professionnelle et personnelle a été mentionné comme l’un des principaux obstacles à la progression de carrière. Mais, selon Madeleine BERRE, Ministre du commerce du Gabon, ce problème est lié aux valeurs transmises aux jeunes femmes africaines dès leur plus jeune âge : “ce qu’il faut changer c’est l’éducation que les jeunes filles reçoivent”.
 

Madelein BERRE, Ministre du Commerce du Gabon
 
Jennifer BLANKE, responsable de la Banque Africaine de Développement, a évoqué pour sa part la responsabilité qui incombe aux femmes leadeuses de servir de modèle aux jeunes femmes au travail : “il ne s’agit pas de gravir l’échelon professionnel, mais plutôt ce que vous allez faire une fois arrivée au sommet,” a-t-elle déclaré. Un groupe de travail public-privé « Women in Business » a été chargé d’élaborer des recommandations et solutions concrètes pour améliorer la parité en entreprise.
# LES JEUNES AMBASSADEUR.RICES EMPOW'HER S'ENGAGENT POUR L'EGALITE FEMMES-HOMMES
 
Les Jeunes Ambassadeur.rices de l'association Empow'Her sont une trentaine de femmes et d'hommes âgé.e.s de 18 à 30 ans, dont le but est d’œuvrer pour la déconstruction de la société patriarcale et des stéréotypes sociaux de sexe. En cette année électorale, ils et elles souhaitent remettre les enjeux de l'égalité femmes-hommes au cœur des débats et interpeller les futur.e.s dirigeant.e.s politiques au travers d'un manifeste. Que ce soit en matière d’éducation, de travail, de sexualité ou encore de lutte contre les violences faites aux femmes, leur objectif est de montrer que les jeunes femmes et hommes de notre pays ont leur mot à dire et sont à même de prendre une part active dans la mise en œuvre d’une égalité de fait.

Découvrir et signer leur manifeste
# « ACTIONS POSITIVES » AU LUXEMBOURG
 
Le ministère de l'Égalité des chances du Luxembourg offre aux entreprises privées et aux institutions publiques la possibilité de s'investir dans l'égalité des sexes en utilisant le concept des « actions positives ». Ce programme se présente sous forme d'une enquête de satisfaction qui porte sur trois concepts principaux : l'égalité de traitement des femmes et des hommes sous différents aspects dont notamment l'organisation de travail et l'égalité salariale; la prise de décision; et la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée. En pratique, l'entreprise qui souhaite participer au programme doit faire une demande auprès du ministère de l'Égalité des chances qui, à ses frais, charge un bureau d'expert.e.s externe de mener l'enquête. À l'issue de celle-ci et au vu du rapport fourni par l'expert.e, l'entreprise participante s'engage à établir un plan d'actions qui s'appuiera sur les trois thèmes prioritaires mentionnés. Un avis favorable, émis par un comité composé de représentant.e.s de différents départements ministériels et des chambres professionnelles, permet ensuite à l'entreprise participante de bénéficier d'un agrément ministériel et d'une aide financière.
 
 
# TOULOUSE BUSINESS SCHOOL : UN PROGRAMME POUR L’ÉGALITÉ
 
Equal.ID est le nom du projet porté par Toulouse Business School pour lutter contre l'inégalité femmes-hommes en entreprise. Lancé en novembre 2016, il propose un programme de mentoring des étudiantes, un volet recherche et la mise en place de modules pédagogiques destinés à tous les étudiant.e.s de l'école. TBS travaille également sur un projet de trophée qui devra récompenser les managers.euses femmes ou hommes pour leur action en faveur de l'égalité femmes-hommes au sein de l'entreprise. Depuis novembre et le lancement du projet Equal.ID, 84 élèves volontaires en deuxième année de master sont accompagnées par près de 60 femmes mentores.
 
# FEMMES ET CULTURE FINANCIÈRE : LES FRANÇAISES LES PLUS FRAGILES D’EUROPE

Selon une étude récente du Groupe d’assurance Allianz, seules 5 % des Françaises sont à même de répondre à cinq questions élémentaires en rapport avec la culture financière et la culture du risque. Invitées à évaluer leur degré de confiance à l’égard des banques et des assureurs sur une échelle allant d’une « absence totale de confiance » à une « extrême confiance », 40 % déclarent ne leur en accorder aucune.
 

 
Dans aucun autre des 10 pays concernés par l’étude, le niveau de méfiance à l’égard de ces institutions ou d’autres (telles que le gouvernement, le parlement, les tribunaux ou la banque centrale) n’est plus élevé qu’en France. Parce qu'elles ont une plus grande espérance de vie et des revenus plus faibles, le bien-être financier des femmes est compromis ; hommes et femmes doivent pourtant surmonter leur réticence à investir.
# LES HOMMES RÉSISTENT MOINS AU STRESS QUE LES FEMMES 
 
Parmi les stéréotypes les plus coriaces de la vie professionnelle, existe celui selon lequel les femmes sont « moins résistantes face à la pression ». Une étude de l'« Institute of Labors Economics » démontre que les hommes supportent moins bien le stress que les femmes. A partir de l’analyse de quelques 8.280 matchs de tennis du Grand Chelem (les plus grandes compétitions internationales) les facteurs qui peuvent causer le plus de stress ont été analysés, notamment lors des « matchs serrés » quand y a égalité à 4 jeux partout. Constat ? Les joueuses cèdent beaucoup moins à la pression que les tennismen. Ils échouent 7,2 % de plus au service que leurs consorts féminins, quand elles, jouent exactement de la même manière. La raison ? D'après les chercheurs.euses, ce serait dû au cortisol, une hormone du stress. Dans des situations éprouvantes, celle-ci est fortement secrétée, tout comme l'adrénaline, ce qui affecte les capacités mentales. Aussi, les niveaux de cortisol augmentent plus rapidement chez les hommes que chez les femmes lorsqu'ils sont sous tension.
 
# QUELQUES FEMMES MILLIARDAIRES...
 
227 femmes parmi 2.043 milliardaires en dollars que compte le monde. C’est le résultat du classement du magazine économique américain Forbes. Pourtant c’est un record. La 1ère femme pointe à la 14ème place et c’est une française : Liliane BETTANCOURT. En France, elles sont 4 femmes, toutes héritières, sur 39 milliardaires. C’est un record depuis que cette liste a vu le jour il y a 31 ans. Le nombre de l’ensemble des milliardaires a doublé au cours des 7 dernières années, le total de leurs fortunes nettes combinées atteint également un record : 7.670 milliards de dollars, une hausse de 18% sur un an…

# COUPS DE TALONS
 
Nicola THORP, réceptionniste d’une agence londonienne du réseau d’audit PriceWaterhouseCoopers, après avoir refusé de porter des talons de 5 à 10 cm comme l’exigeait son employeur, a été licenciée. Elle a alors décidé de lancer une pétition sur le site du Parlement avec pour objectif de " rendre illégal l’exigence des talons hauts pour les femmes au travail ”. Bilan : 152.000 signatures, largement au-dessus du seuil des 100.000 exigées pour déclencher un débat parlementaire. L’enquête ouverte a permis de rassembler des centaines de témoignages de femmes contraintes par exemple de “porter des jupes plus courtes et déboutonner son chemisier à l’approche de Noël”. L’agence a donc depuis revu ses exigences en matière de codes vestimentaires destinés aux femme.
 

Un numéro sur le sexisme très complet. Disponible en kiosque ou sur le site 
# CALENDRIER
 
7 avril 2017 : 1er FORUM DES EXPERTES organisé en partenariat avec France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’ENA ; alors que seulement 19 % des expert.e.s invité.e.s dans les médias sont des femmes, le site des Expertes propose trois profils d’expertes : Métier, Recherche ou Société civile ; au cours du Forum qui rassemblera le plus de 200 femmes expertes (chercheuses, dirigeantes d’entreprises, responsables d’associations…) : présentation du nouveau site des Expertes, ateliers avec des journalistes, temps de rencontre entre expertes…

Inscriptions ICI

# ANNIVERSAIRES DE LA SEMAINE…


Elles ont joué un rôle important dans leur domaine et sont nées entre un 29 mars et un 4 avril …

2 avril 1647 : Maria Merian, peintre et naturaliste, longtemps méconnue, elle est aujourd'hui considérée, en raison de la qualité de son œuvre artistique et scientifique, comme une importante figure de l'histoire naturelle de son époque ; son portrait illustra les derniers billets en Deutsche Mark, Allemagne.
                                                           


1 avril 1776 : Sophie Germain, mathématicienne, connue pour avoir établi un théorème d’arithmétique qui porte son nom. Voir article Wikipedia.

                                                       

4 avril 1869 : Mary Colter, l'une des très rares architectes américains femmes de son époque, Etats-Unis.
                                                           
 

31 mars 1872 : Alexandra Kollontaï, 1ère femme de l'Histoire contemporaine à avoir été membre d'un gouvernement et ambassadrice dans un pays étranger, URSS.

                                                           
 

1 avril 1875 : Sophie Morgenstern, 1ère à pratiquer la psychanalyse des enfants en France, en utilisant le dessin dans ses cures et théorisant cette utilisation ; elle initia et forma à la psychanalyse Serge Lebovici et Françoise Dolto ; elle se suicida la veille de l'entrée des nazis dans Paris le 13 juin 1940, Pologne/France.

                                                      
 

4 avril 1914 : Marguerite Duras, écrivaine, réalisatrice, Prix Goncourt 1984 pour « L'Amant », nommée pour l'Oscar du meilleur scénario original à la 33ème cérémonie des Oscars pour « Hiroshima mon amour », France.

                                                           
 

4 avril 1928 : Marguerite Johnson, dite "Maya Angelou", figure importante du mouvement américain pour les droits civiques, elle est devenue une figure emblématique de la vie artistique et politique aux Etats-Unis où ses livres sont au programme des écoles, Etats-Unis.

                                                    
 

3 avril 1934 : Jane Goodall, 1ère anthropologue à avoir observé que les chimpanzés utilisent des outils pour s'alimenter, ses travaux ont profondément transformé les rapports homme-animal, Grande-Bretagne.

                                                      
 

1 avril 1940 : Wangari Muta Maathai, biologiste, 1ère femme africaine à recevoir un Prix Nobel (2004) pour « sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix », Kenya.

                                                 
 

31 mars 1934 : Colette Kreder, ingénieure diplômée de l'EPF (École Polytechnique Féminine) dont elle assure la direction de 1980 à 1994, elle est à l'origine de la création en 1994 du réseau « Demain la Parité », regroupement d'associations féminines et féministes revendiquant la parité femmes-hommes dans la vie politique, puis en 2000 de l'association « Femmes et Sciences », France.

                                                    


29 mars 1935 : Sandra G. Harding, philosophe, elle est à l’origine du concept de « strong objectivity » et de la « méthodologie des points de vue », en partant d’une interrogation sur l’exclusion des femmes de tous les champs du savoir : « quels sont les présupposés et les mécanismes qui ont conduit les scientifiques mâles et les dirigeants politiques à décider que leurs propres opinions et leurs préoccupations à eux devaient définir les perspectives humaines en général ? », Etats-Unis.

                                                       
 
 
Copyright © 2017 Laboratoire de l'égalité, All rights reserved.
Vous recevez les actualités du Laboratoire de l'égalité

Laboratoire de l'égalité
5 rue Thomas Mann
Paris 75013
France

Désinscription ici

 






This email was sent to <<Adresse Mail>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Laboratoire de l'Egalité · 5 rue Thomas Mann · Paris 75013 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp