Copy
#ACTUEGALITEFH

La newsletter du LABORATOIRE DE L’ÉGALITÉ sur l'actualité de l'égalité femmes-hommes
Numéro 5 - 5 avril 2017

# "FAIRE VIVRE EN GRAND L’ENTREPRENEURIAT DES FEMMES"
Marie-Claire CAPOBIANCO
Membre du Conseil Exécutif et Directrice des Réseaux France BNP Paribas


                                             

« Le monde change, l’économie également. Aujourd’hui, les nouvelles manières de créer de la valeur se multiplient et chaque citoyen.ne peut devenir entrepreneur.euse. Chaque homme et surtout chaque femme peut avoir un rôle majeur à jouer dans l’économie française. Les femmes représentent 46% de la population active mais sont minoritaires en tant qu’entrepreneuses : il est essentiel de leur donner l’envie et la confiance pour franchir le pas de l’aventure entrepreneuriale. Elles peuvent et doivent avoir en effet tout autant d’ambition que les hommes ! Chez BNP Paribas, nous sommes convaincu.e.s que les femmes ont un rôle accélérateur à jouer dans la croissance : l’entrepreneuriat des femmes, au même titre que l’innovation et l’ouverture vers l’international, est aujourd’hui un réel levier pour développer l’économie française.
C’est pourquoi nous nous engageons depuis plusieurs années à aider les femmes entrepreneuses. En tant que partenaire clé, nous les accompagnons tout au long du cycle de leur entreprise et dans les moments cruciaux de leur projet, bien au-delà de leur financement. La mission de BNP Paribas est de les aider à voir plus loin, à dépasser leur cadre de réflexion, à élargir leur terrain de jeu.
Nous sommes engagé.e.s aux côtés des réseaux nationaux et régionaux dédiés à l’entrepreneuriat des femmes, notamment Fédération Pionnières, Women Business Mentoring Initiative (WBMI), Women Equity for Growth (WEG). Ces réseaux accompagnent les femmes chefs d’entreprise, de la création à la maturité, et participent à la promotion du rôle des femmes dans l’économie et dans la société.

#ConnectHers : un programme en faveur de l’entrepreneuriat des femmes
Pour aller encore plus loin, BNP Paribas a lancé un programme en faveur de l’entrepreneuriat des femmes : #ConnectHers. Celui-ci a pour ambition de mettre les femmes en relation avec l’écosystème de l’entrepreneuriat, ses actualités, actions, et événements, pour accélérer le développement de leurs projets. Concrètement, nous voulons créer un cadre optimal à l’entrepreneuriat des femmes en faisant bénéficier les entrepreneuses de nos conseils et de nos réseaux, en les accompagnant par du financement et des expertises, et aussi en les connectant avec les bon.ne.s acteurs.rices au bon moment.
Notre engagement pour les femmes entrepreneuses vit également au-delà du programme #ConnectHers. En participant à des études pour observer les tendances et évolutions de l’entrepreneuriat, en valorisant des parcours modèles, nous voulons créer les conditions favorables au développement des projets d’entrepreneuses. De même, en donnant la parole aux talents des femmes au sein de nos équipes grâce notamment aux actions de réseaux comme Mixcity et BDDF’Elles, de celles de nos partenaires et à nos clientes, nous désirons inspirer et guider toutes les entrepreneuses de France.
A travers ce programme, BNP Paribas s’engage toujours davantage pour nourrir la dynamique de service et de relation client.e dans laquelle elle s’est engagée depuis plusieurs années et espère par-là inspirer tous les entrepreneurs.euses de France ! »
 

            

# JURISPRUDENCE HARCÈLEMENT : POUR DES RH RESPONSABLES
 

La Cour de cassation vient de rendre un arrêt (n°15-24.406) qui modifie la jurisprudence en matière de harcèlement ; cette décision concerne une responsable des ressources humaines licenciée pour faute au motif que son inertie face aux méthodes de management d’un directeur de magasin, qualifiées d’inacceptables ; la contestation de la salariée licenciée reposait sur le fait que « d’une part, les faits de harcèlement moral des employé.e.s du magasin ne lui sont pas personnellement imputables et d’autre part, que son inertie résulte d’un management de la société employeur qui n’aurait pas mis en œuvre les moyens organisationnels qui lui auraient permis de dénoncer ces faits ». La Cour de cassation n’a pas retenu ces arguments en rappelant que « le ou la responsable des ressources humaines est le ou la garant.e du climat social et des conditions de travail des collaborateurs.rices dans l’entreprise » et confirmé que le licenciement était parfaitement justifié.

En savoir plus
# FEMMES SOUS SURVEILLANCE AU TRAVAIL
 

 
Une étude réalisée par des chercheurs.euses du NBER (National Bureau of Economic Research) sur 1,2  million de fautes professionnelles dans les métiers de la finance sur 10 ans, montre que les femmes sont davantage et plus durement sanctionnées que les hommes, alors même que la probabilité qu'un homme commette une faute est trois fois plus élevée que pour une femme et que les cas de récidive sont deux fois plus nombreux chez les hommes ; les fautes commises par les femmes coûtent à l'entreprise en moyenne 20 % de moins que celles commises par les hommes, un litige impliquant un homme sera réglé avec la justice contre la somme moyenne de 550.000$, contre seulement 262.530$ pour une femme. Après la constatation de la faute, le risque pour une femme de perdre son poste est 20 % supérieur à celui que court un homme. En revanche, celui-ci a 30 % de chances de plus de retrouver un nouvel emploi dans la finance. Enfin, plus le management est masculin, plus les femmes sont sanctionnées sévèrement. Ainsi, dans une entreprise qui ne compte aucune femme dirigeante, le risque pour une salariée d'être renvoyée pour faute, est 42 % plus élevé que pour un collègue masculin. En revanche, dans les sociétés où il existe une parité dans les postes de direction, une femme a autant de probabilités de se faire licencier qu'un homme. Ainsi, les données étudiées indiquent que les femmes sont plus sous surveillance que les hommes dans leur entreprise. La probabilité qu'une affaire éclate à l'initiative de la hiérarchie ou de collègues est plus forte pour une salariée, alors que, pour un homme, les accusations sont plus susceptibles d'être portées par des client.e.s.
# FEMMES A LA LOUPE
 
Le fond américain BlackRock, le plus puissant gérant d’actifs au monde, actionnaire de nombreux groupes du CAC 40, n’hésitera pas à voter en Assemblée Générale contre les résolutions des entreprises au conseil manquant de diversité, de sensibilité au climat et de transparence sur leur stratégie à long terme. « Cette année, nous allons engager de manière prioritaire un dialogue avec les entreprises sur le thème de la diversité. C'est important non seulement d'un point de vue éthique et moral mais cela concerne aussi les investisseurs.euses, car toutes les études académiques montrent que lorsqu'il y a plus de diversité, les entreprises sont plus performantes », relève le vice-président Investment stewardship de BlackRock.
 

 
« Nous pensons que la bonne gouvernance dépend en priorité de la composition du conseil d'administration : il faut des gens compétents et aussi divers, pas seulement en genre, mais en âge, en expertise, en expérience, en origine ethnique. Il faut qu'il y ait une vraie culture de la diversité dans l'entreprise, qu'elle apprenne à repérer les talents des femmes et les faire monter jusqu'au sommet ».
# OMNIWOMEN 

Omniwomen a été créé en 2014 par Janet RICCIO, vice-présidente du groupe Omnicom, créée en 2014 avec pour objectif de promouvoir le leadership des femmes dans le milieu de la communication. Après l’Angleterre, la Chine puis l’Allemagne, c’est cette année à la France de rejoindre le mouvement, orchestré localement par Valérie ACCARY, présidente de l’agence BBDO Paris.

 
Les représentantes de OMNIWOMEN Paris
 
L’organisation a ainsi mené une enquête en 2016, nommée « Femmes de demain », afin de pointer les obstacles qui empêchent les femmes d’atteindre des postes hauts placés en entreprise. Et ce, pour venir contrer une inégalité flagrante, y compris dans le groupe Omnicom : pour un effectif de 60% de femmes, elles y occupent seulement 37% des postes de manager. Si l’étude menée révèle tout particulièrement chez les femmes une peur certaine du leadership, il s’agit pour Omniwomen de venir à bout de ces freins.

# INSERTION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE DES FEMMES

Le Département des Hauts-de-Seine a apporté son soutien à l'Institut des Hauts-de-Seine pour la création de 4 écoles Françaises des Femmes. 400 femmes y sont actuellement inscrites et suivent un parcours pédagogique d'enseignement général pour les aider à l’insertion. Ouverte en 2015, l’école de Fontenay-aux-Roses compte 40 élèves inscrites depuis septembre 2015 et propose 14 heures de cours généraux par semaine : cours de français, cours de culture générale et cours d’informatique et 4 heures d’atelier d’insertion socio-professionnelle. Elle propose également des cours thématiques ponctuels : atelier d’information santé et atelier de cuisine. Une nouvelle école à Antony a ouvert ses portes début 2017.
 

 

# MUR D'EXPRESSION

« La femme est respectable », « On devrait voir les femmes comme des princesses, et non comme des prostituées », « La femme n’est pas un morceau de viande »… Ces phrases ont été postées sur « le mur d’expression » du lycée Cognacq-Jay d’Argenteuil. Depuis 5 ans, l’établissement fait travailler ses élèves sur le thème de l’égalité des sexes. « Notre objectif est de lutter contre les préjugés », explique Christine CADART, Directrice de l’établissement « Les élèves se sont beaucoup investis, ils et elles ont fait d’importantes recherches pour avoir des visuels parlants, ils et elles ont échangé quotidiennement sur le sujet avec leurs professeur.e.s.

http://www.gazettevaldoise.fr/2017/03/27/le-lycee-cognacq-jay-mobilise-pour-l-egalite-homme-femme/

# ELLE EST SORTIE DANS L'ESPACE


 
Peggy WHITSON, 57 ans, est devenue le 30 mars dernier la femme ayant effectué le plus de sorties dans l'espace, avec 8 excursions extra-véhiculaires au total ; elle a établi un record de durée cumulée de sortie orbitale pour une femme et elle est la femme la plus âgée en orbite. Détentrice d'un doctorat de biochimie, Peggy Whitson battra le 24 avril, le record du plus grand nombre de jours passés dans l'espace pour un Américain, soit 534 jours, un titre détenu actuellement par l'astronaute américain Jeff Williams.
# PUB SEXISTE NON GRATA A PARIS
 
Les publicités diffusées sur le réseau municipal d'affichage de Paris ne devront comporter aucune publicité sexiste ou discriminatoire, a arbitré mardi 28 mars le Conseil de Paris. Cette décision a été prise à l'occasion du vote attribuant au groupe JCDecaux, seul candidat, le marché du mobilier urbain d'information, sur proposition du groupe communiste. «En attendant une loi qui s'appliquerait sur l'ensemble du territoire national, Paris fait le choix de bannir définitivement ce genre de campagne», selon Hélène BIDARD, adjointe PCF chargée de la lutte contre les discriminations. 
 

Hélène BIDART, Adjointe à la Maire du 11ème arrondissement de Paris
# MEDIA ET SEXISME

Nathalie Boy de la Tour, élue il y a 5 mois Présidente de la Ligue de Football Professionnel est revenue sur son élection à la tête de l'instance professionnelle du football hexagonale et déploré l'attitude des médias quant à sa condition de femme : «J’ai toujours évolué dans des univers très masculins. Pour moi la compétence n’a pas de genre, je ne me suis jamais définie en tant que femme. Avant d’être présidente de la Ligue, je n’avais pas été confrontée à ça. Mais les médias en particulier ont fait du sexisme sans s’en rendre peut-être compte : on a parlé de ma blondeur, de mon côté maîtresse d’école, si j’étais un homme on dirait que je fais preuve d’autorité ou de leadership»


Lire l'article du Figaro.fr
# LES FEMMES DE CINQUANTE ANS
 
Sandra CITI, professeure à l’Université de Genève, dénonce vigoureusement le contenu d'un article publié par le quotidien genevois « Le Temps » qui « nous ramène brutalement à la réalité : des stéréotypes sexistes hérités d’une société qui serait restée patriarcale. »
 
 
# MÉTHODES POUR BOOSTER LES FEMMES
 

 
Charlotte SCAPIN, co-fondatrice début 2017 de l'« Empowerment Lab », propose une approche destinée à accompagner les femmes dans la progression de leur parcours professionnel : « prendre le temps de s'écouter, passer du temps avec soi, oser enclencher des processus et prendre conscience de sa valeur, il n'y a pas de formule magique ; cet école donne ainsi des cours sur des thématiques diverses adaptées à tous les profils, telles qu'apprendre à prendre la parole en public, booster son estime personnelle ou devenir entrepreneuse. 

Le site d'Empowerment Lab
# LA COLLECTION ÉGALE A ÉGAL EN CADEAU

« Parce que la diversité fait partie de la richesse de notre société et que l’égalité des chances est un thème qui me tient particulièrement à cœur. L’égalité et la chance sont au cœur de notre promesse-client.e, au cœur de nos valeurs et de notre projet d’entreprise. Ainsi au cours de ce mois de mars, « mois de la mixité », nous avons annoncé le 7 mars notre soutien renforcé à la 2ème édition du « programme des sprinteuses » qui est un programme de femmes créatrices de start-up. Le 8 mars, nous avons organisé en interne à l’entreprise une journée-événement pour parler de ce sujet de la mixité et nous avons offert à tou.te.s nos collaborateurs.rices, pour alimenter le débat, des livres sur ce thème » (des ouvrages de la Collection « Égale à Égal » éditée en partenariat par le Laboratoire de l’Egalité et les Editions Belin).

En savoir plus 
# UNE FEMME DOIT-ELLE ETRE VIRILE POUR RÉUSSIR ?
 

Le film « Corporate » qui sort en salle le 5 avril montre une responsable des ressources humaines, « executive woman » qui s'impose avec « virilité » dans un monde d'hommes, loin de la femme aux fourneaux ! Pourtant, certain.e.s critiquent cette représentation d’une femme « active » qui met en avant des qualités attribuées au sexe masculin…
# QU'EST-CE QU'UN HOMME AUJOURD’HUI ?
 

France 2 a diffusé il y a quelques jours un reportage sur un camp de retraite catholique, organisé pendant 4 jours autour de la question « qu'est-ce qu'un homme aujourd'hui ? » ; plus de 300 fervents catholiques ont pu ainsi participer à des épreuves sportives et à des conférences, au cours desquelles l'orateur délivre un discours très traditionnel sur la place de l'homme et de la femme dans la société, au sein du cercle familial.... Le reportage a créé une vive polémique sur les réseaux sociaux, en tant que véhicule de stéréotypes masculins qu'on pourrait considérer d'un autre siècle.

Voir le reportage de France 2

# LA PROMOTION DES FEMMES SUR LA VOIE PUBLIQUE... PAS TROP LONGTEMPS !

A l'occasion de la Journée internationale des droit des femmes, une statue de jeune fille a été installée dans un parc situé à deux pas de la Bourse de New York. Sa photo a fait le tour des réseaux sociaux en quelques heures.
 

 
Malheureusement, l'initiative prise par le plus gros gestionnaire de fonds de la planète, State Street Global Advisors, pour promouvoir la place des femmes dans les conseils d'administration des grandes entreprises, est aussi louable qu'éphémère. En effet la « Fearless Girl » (l’intrépide jeune fille) devrait être déboulonnée début avril, l'autorisation accordée par la mairie de New York prenant fin à cette date.
# CALENDRIER
 
7 avril 2017 : 1er FORUM DES EXPERTES organisé en partenariat avec France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’ENA ; alors que seulement 19 % des expert.e.s invité.e.s dans les médias sont des femmes, le site des Expertes propose trois profils d’expertes : Métier, Recherche ou Société civile ; au cours du Forum qui rassemblera le plus de 200 femmes expertes (chercheuses, dirigeantes d’entreprises, responsables d’associations…) : présentation du nouveau site des Expertes, ateliers avec des journalistes, temps de rencontre entre expertes…

Inscriptions ICI

19 avril 2017 à 18h30 : Débat organisé par la Maison du management sur le thème « Pourquoi les femmes courent-elles ? » auquel participeront  Delphine BUISSON, Secrétaire générale d’Eurus, auteure de Courir sa vie – Edition Life Running et Patrick BOCCARD, administrateur du Laboratoire de l'égalité et auteur de "Les femmes ne sont pas faites pour courir" publié dans la collection Égale à Égal en partenariat avec les Editions Belin.

Renseignements et inscriptions ICI

# ANNIVERSAIRES

Elles ont toutes joué un rôle de premier plan dans leurs domaines d'activité et sont nées entre un 5 et 11 avril...

 
5 avril 1874 : Henriette MAZOT, première femme française interne en pharmacie en 1897, lauréate du prix de l'École supérieure de Pharmacie de Paris en 1899.
 

6 avril 1917 : Leonora CARRINGTON, peintre et romancière mexicaine.

                    

7 avril 1803 : Flora TRISTAN, femme de lettres, militante socialiste et féministe française, qui fut l’une des figures majeures du débat social dans les années 1840 et participa aux premiers pas de l’internationalisme.

 
 
 
7 avril 1889 : Gabriela MISTRAL, éducatrice, diplomate, féministe et poétesse chilienne, Prix Nobel de littérature en 1945.
 
 
 
7 avril 1940 : Claire BRETECHER, auteure de bandes dessinées humoristiques et illustratrice française, elle participe à l'émergence de la bande dessinée adulte francophone en rejoignant le magazine Pilote en 1969 puis en co-fondant L'Écho des savanes en 1972.
 

8 avril 1892 : Mary PICKFORD, cofondatrice des studios United Artists et de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences ; elle a contribué à façonner l'industrie du cinéma et la communauté cinématographique appelée « Hollywood ». En 1930, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice pour le rôle de Norma Besant dans Coquette de Sam Taylor, l'American Film Institute l’a désignée comme la 24ème plus grande star féminine de tous les temps.
 

8 avril 1827 : Barbara SMITH BODICHON, éducatrice, artiste, une des figures de proue britanniques du mouvement féministe au milieu du 19ème siècle, elle fonde "The Ladies of Langham Place" qui devient l'une des premières organisations féminines et se bat notamment pour le droit des femmes mariées à conserver leurs biens, pour le droit à l'éducation des petites filles et pour le droit au travail ; elle publie en 1854 "Brief Summary of the Laws of England concerning Women", ouvrage parlant des lois concernant les droits des femmes ; elle fonde en 1858 le "English Women's Journal" comme une agence où les femmes peuvent discuter emploi, égalité, réformes des lois ; en 1866, en collaboration avec Emily Davies, elle se bat pour que l'université soit ouverte aux femmes et qu'elles aient accès aux études supérieures.
 
 
 
9 avril 1773 : Marie BOIVIN, sage-femme française ; elle a inventé un nouveau pelvimètre et un nouveau spéculum, l'une des premières obstétriciennes à utiliser un stéthoscope pour écouter le bruit des fœtus.
 
 

9 avril 1936 : Valérie SOLANAS, auteure américaine ; elle a écrit et publié à son compte « SCUM Manifesto », appel à la lutte violente contre les hommes et à la libération des femmes.
 
 

10 avril 1848 : Hubertine AUCLERT, consacre sa vie à la conquête de la liberté pour les femmes par la révision des lois du code Napoléon en faveur de l'éducation, de l'indépendance économique pour les femmes, du divorce, du droit de vote : « Je suis presque de naissance une révoltée contre l'écrasement féminin, tant la brutalité de l'homme envers la femme, dont mon enfance avait été épouvantée, m'a de bonne heure déterminée à revendiquer pour mon sexe l'indépendance et la considération » ; elle rejoint l'Association pour le droit des femmes, dissoute en 1877 qui renaît sous le nom de Ligue française pour le droit des femmes avec Victor Hugo comme président d'honneur ; elle est une des premières militantes françaises à se déclarer « féministe ».
 
 
 
10 avril 1929 : Yvette ROUDY, première animatrice du Mouvement Démocratique Féminin (MDF), dont elle créé et devient rédactrice en chef du journal « La Femme du XXe siècle ». Elue députée européenne en 1979 sur les listes du Parti socialiste (PS), puis nommée ministre des Droits de la femme (mai 1981- 1986) durant le premier septennat de François Mitterrand où elle lance une campagne sur la contraception, puis met en place le remboursement de l'IVG par la Sécurité sociale. Signataire du Manifeste des 343, elle est à l'origine de la loi sur le remboursement de l'IVG du 31 décembre 1982 et de la loi sur « l'égalité de l'homme et de la femme qui travaillent en entreprise» du 13 juillet 1983.
 
 
 
Copyright © 2017 Laboratoire de l'égalité, All rights reserved.
Vous recevez les actualités du Laboratoire de l'égalité

Laboratoire de l'égalité
5 rue Thomas Mann
Paris 75013
France

Désinscription ici

 






This email was sent to <<Adresse Mail>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Laboratoire de l'Egalité · 5 rue Thomas Mann · Paris 75013 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp