Copy
MEDIA RELEASE
FOR IMMEDIATE RELEASE
Voir plus bas pour le texte en français

Dads Playing a Greater Role at Home, to the Benefit of Family Life

As Canadians prepare to celebrate Father’s Day, modern fathers, grandfathers and great-grandfathers are redefining what exactly fatherhood means to families and society. Canada’s 8.1 million increasingly diverse dads are taking on a greater role in their children’s lives. This evolution in fatherhood has had positive impacts inside and outside the family home.

“This is one of the biggest social changes in our time,” says Vanier Institute of the Family CEO Nora Spinks. “The ‘Leave it to Beaver’ family model accounts for fewer and fewer of Canada’s families as family forms and relationships become more diverse and complex.”

There’s no question that fatherhood has become more diverse over the past 50 years. A growing share of Canada’s dads was born outside the country, bringing with them ideas of what fatherhood means. More same-sex couples are raising children, one in five being male couples. Over the past two decades, there has been an increase in lone-parent families headed by men. The number of Aboriginal fathers is growing at a faster rate than those in the general population. This evolution of Canada’s family portrait means that there is no single “fatherhood experience.”

The classic father figure has traditionally been portrayed as an emotionally distant figure whose primary role was to earn the family income. This depiction overlooks the diversity that has always existed. Historically, many women have played a role in managing family finances and generating income inside and outside the paid labour force. In 1976, approximately one-half of Canadian families had two earners in the paid labour force. By 2008, this accounted for nearly seven in 10 families.

"Father involvement can have a positive impact on child development and well-being... Children in these families experience higher levels of cognitive development, resilience, life satisfaction and psychological well-being."

A growing number of dads now play a bigger role in their children’s lives. In fact, an increasing number of dads are leaving the breadwinning to their partners altogether so they can focus on raising children. Of the 501,000 families in 2011 with children at home where there is one “stay-at-home” parent, dads stayed at home in 12% of these families. In 1976, only 1% did so.

Whether they’re working or not, fathers are spending more time with their families than in the past. According to Statistics Canada, men spent 360 minutes per workday with family members in 1986. By 2010, this reached 379 minutes. Three-quarters of surveyed Canadian dads say that they’re more involved with their children than their father had been with them.

Fathers who decide to play a greater role in the lives of their children aren’t anomalies. In a recent study comparing parental leave in Quebec with the rest of Canada, author Ankita Patnaik found that when given the option, most men embrace paternal leave. Since 2006, the Quebec Parental Insurance Plan (QPIP) has offered non-transferable leave for men, making Quebec the only province where father-specific leave is available.

Patnaik found that before QPIP, Quebec fathers took an average two weeks of leave. After the parental leave policy was reformed, the average Quebec father took the full five weeks available under the paternity leave program. In addition, the share of Quebec fathers taking parental leave jumped from 28% in 2005 to 83% in 2013. Outside Quebec, only 12% of recent dads reported taking leave.

The study also found that in Quebec, there was a “large and persistent impact” on gender dynamics in the three-year period following parental leave. Fathers remained more likely to do housework, while mothers were more likely to engage in paid work. Quebec dads also spent an average half-hour more per day at the family home.

Father involvement can have a positive impact on child development and well-being. Literature reviews from the Father Involvement Research Alliance (FIRA) have found many benefits of “highly involved” fathers. Children in these families experience higher levels of cognitive development and resilience. They tend to perform better in school. They also report higher levels of life satisfaction and psychological well-being.

"Interviews with new fathers revealed that family life benefited from their expanding involvement... their entry into fatherhood was a 'transformational journey' that gave them a new outlook on life and relationships."

Modern fathers continue their involvement in the lives of their children even after a marriage or common-law relationship has come to an end. More than one-third of divorced or separated parents share or alternate major decision making related to their children. Nearly one-quarter (24%) of divorced or separated parents report that their children either spend equal time living with mom and dad, or live primarily at the father’s residence.

In a 2014 report from the Involved Father and Gender Equity Project, interviews with new fathers revealed that family life benefited from their expanding involvement. Many said that their entry into fatherhood was a “transformational journey” that gave them a new outlook on life and relationships. They also reported that greater participation in housework and child-rearing promoted equality within their relationships. Many said that community supports and connections with other fathers encouraged their increased involvement.

“While modern fatherhood today consists of many diverse experiences, today’s generation of fathers is certainly taking on a greater, broader role in family life than in the past,” says Spinks. “As they’re sharing the breadwinning role, spending more time with family and taking more parental leave, these dads are changing what fatherhood means in Canada.”

To learn more about modern fathers, read “Modern Fatherhood: Paternal Involvement and Family Relationships” (Transition magazine).


About the Vanier Institute of the Family

The Vanier Institute of the Family was founded in 1965 by General The Right Honourable Georges P. Vanier as a national, independent, charitable organization dedicated to understanding the diversity and complexity of families and the reality of family life in Canada. Through publications, research initiatives, presentations and social media, the Institute works to enhance the national understanding of how families interact with, have an impact on and are affected by social, economic, environmental and cultural forces.


Media Enquiries

For media enquiries, stories or interviews, contact:
Nora Spinks, CEO, Vanier Institute of the Family
1-800-331-4937, ext. 213

ceo@vanierinstitute.ca

Vanier Institute website
Twitter

Les effets positifs associés à la présence des papas

Les Canadiens se préparent à célébrer la fête des Pères. Au pays, la place qu’occupe la paternité au sein de la famille et de la société est quotidiennement remodelée par tous les pères, grands-pères et arrière-grands-pères d’aujourd’hui. Les quelque 8,1 millions de papas sont de plus en plus diversifiés et jouent un rôle accru dans la vie de leurs enfants. Du reste, cette évolution de la paternité entraîne des retombées positives au foyer familial, et ailleurs…

«
 Il s’agit de l’un des plus importants changements sociaux de notre époque, affirme la directrice générale de l’Institut Vanier de la famille, Nora Spinks. Le modèle de la famille nucléaire que dépeignaient les vieilles séries télévisées est de moins en moins représentatif des familles au Canada, à l’heure où les structures et les relations familiales gagnent en diversité et en complexité. »

Il ne fait aucun doute que la paternité s’est diversifiée au cours des cinquante dernières années. Au Canada, une proportion croissante des pères sont nés à l’étranger et ont importé leur propre conception de la paternité. Par ailleurs, de plus en plus de couples homosexuels élèvent des enfants, et un cinquième d’entre eux sont des hommes. Depuis deux décennies, le nombre de familles monoparentales dirigées par un homme a augmenté. En outre, le nombre de pères autochtones augmente plus rapidement que dans l’ensemble de la population. Bref, l’évolution du profil de la famille au Canada fait en sorte qu’il n’existe pas de «
 portrait unique » de la paternité.

Traditionnellement, la figure paternelle était celle du personnage distant sur le plan affectif, dont le rôle consistait essentiellement à faire vivre sa famille. Or, cette illustration ne tenait pas compte de la diversité qui a toujours existé. Sur le plan historique, les femmes ont souvent assumé les responsabilités du budget familial et des revenus gagnés, en emploi ou autrement. En 1976, environ la moitié des familles pouvaient compter sur deux soutiens; en 2008, cette situation s’appliquait à près de sept familles sur dix.

« L’engagement des pères peut entraîner des effets positifs sur le bien-être et le développement de l’enfant...   les pères "très engagés" sont source de nombreux bénéfices. Chez les enfants de telles familles, la résilience et le développement cognitif sont accentués... ils manifestent une plus grande satisfaction de vivre ainsi qu’un sain équilibre psychologique. »
De nos jours, les papas sont de plus en plus nombreux à jouer un rôle de premier plan auprès de leurs enfants. Ainsi, une proportion croissante des pères laissent le rôle de « pourvoyeur » à leur conjointe pour pouvoir s’occuper des enfants. En 2011, parmi les quelque 501 000 familles avec enfants où l’on retrouvait un « parent au foyer », 12 % des ménages pouvaient compter sur un « papa au foyer ». En 1976, cette proportion n’était que de 1 %.

Qu’ils travaillent ou non, les pères passent tout de même plus de temps avec leurs familles que par le passé. Selon Statistique Canada, les hommes consacraient environ 360 minutes par jour travaillé à leurs enfants en 1986, alors qu’ils passaient plutôt 379 minutes en leur compagnie en 2010. Les trois quarts des répondants parmi les pères au Canada affirment être plus engagés auprès de leurs enfants que ne l’était leur propre père.

Les pères qui choisissent de s’engager davantage dans la vie de leurs enfants ne sont pas l’exception. Dans une étude récente, Ankita Patnaik a procédé à une analyse comparative des congés parentaux offerts au Québec et dans le reste du Canada. Elle a constaté que les hommes n’hésitent pas à prendre des congés de paternité lorsqu’on leur en donne la possibilité. Depuis 2006, le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) permet aux pères de prendre des congés rémunérés non transférables, le Québec devenant ainsi la seule province offrant des congés réservés aux pères.

Selon les constatations de Mme Patnaik, les pères québécois prenaient en moyenne deux semaines de congé avant l’entrée en vigueur du RQAP. Or, depuis la réforme du programme de congés parentaux, les pères québécois prennent généralement la totalité des cinq semaines auxquelles ils ont droit selon le régime de congés de paternité. Alors que 28 % des pères québécois ont pris des congés parentaux en 2005, 83 % d’entre eux s’en sont prévalus en 2013. Hors Québec, seulement 12 % des nouveaux papas disent avoir pris un congé.

Cette étude révèle aussi qu’au Québec, le congé parental entraîne des « incidences importantes et persistantes » [traduction] en ce qui a trait à la dynamique des genres, et ce, au cours des trois années suivant le congé parental. Ainsi, les pères sont plus enclins à participer aux tâches domestiques, et les mères ont davantage tendance à participer au monde du travail. Au Québec, les papas passent en moyenne une demi-heure par jour de plus au foyer familial.

L’engagement des pères peut entraîner des effets positifs sur le bien-être et le développement de l’enfant. En effet, la recension des écrits réalisée par l’organisme Father Involvement Research Alliance (FIRA) a permis de constater que les pères « très engagés » sont source de nombreux bénéfices. Chez les enfants de telles familles, la résilience et le développement cognitif sont accentués. Ces derniers obtiennent généralement de meilleurs résultats scolaires et manifestent une plus grande satisfaction de vivre ainsi qu’un sain équilibre psychologique.
« Les nouveaux pères ... sont d’avis que leur engagement soutenu a profité à la vie de famille. Plusieurs considèrent qu’accéder à la paternité a été "transformateur", et que cette expérience a influencé leurs relations et leur propre conception de la vie. »
Même lorsque les parents mariés ou en union de fait décident de se séparer, les pères modernes continuent de s’impliquer dans la vie de leurs enfants. Parmi ces parents, plus du tiers disent que les décisions importantes au sujet de leurs enfants se prennent conjointement ou à tour de rôle. Près du quart d’entre eux (soit 24 %) affirment que leurs enfants passent autant de temps avec leur père qu’avec leur mère, ou vivent principalement au domicile paternel.

Les nouveaux pères consultés dans le cadre d’une étude de 2014 relativement au projet « Pères engagés et égalité des sexes » sont d’avis que leur engagement soutenu a profité à la vie de famille. Plusieurs considèrent qu’accéder à la paternité a été « transformateur », et que cette expérience a influencé leurs relations et leur propre conception de la vie. Ces hommes disent aussi participer davantage aux tâches domestiques, et soulignent que s’occuper des enfants a souvent favorisé l’égalité des sexes au sein du couple. Plusieurs avouent que le soutien communautaire et les liens avec d’autres pères ont aussi favorisé leur propre engagement.

« Aujourd’hui, la paternité prend de multiples visages, mais il ne fait aucun doute que les pères de la génération actuelle sont plus engagés et plus présents dans la vie de famille que par le passé, rappelle Nora Spinks. Ces papas qui partagent désormais le rôle de « pourvoyeur », qui passent plus de temps en famille et qui n’hésitent pas à prendre des congés parentaux contribuent à donner un nouveau sens à la paternité au Canada. »

Pour en savoir davantage au sujet des pères d’aujourd’hui, consultez l’article « La paternité aujourd’hui : l’engagement paternel et les relations familiales » (magazine Transition).

 

À propos de l’Institut Vanier de la famille

L’Institut Vanier de la famille a été fondé en 1965 par le très honorable général Georges P. Vanier, comme un organisme de bienfaisance national et indépendant, dont les activités visent à mieux comprendre la diversité et la complexité des familles, ainsi que la réalité de la vie de famille au Canada. Par l’entremise de publications, de travaux de recherche, de présentations et d’interactions dans les médias sociaux, l’Institut adopte une perspective nationale afin de mieux comprendre la manière dont les familles interagissent avec les forces socioéconomiques, contextuelles et culturelles, et la manière dont elles les influencent et réagissent à celles‐ci.


Médias

Pour solliciter une entrevue ou des commentaires en vue d’un article, veuillez communiquer avec :
Alan Mirabelli, ex-directeur général, Institut Vanier de la famille
1-800-331-4937, poste 213


Site Web de l’Institut Vanier
Twitter

PARTAGEZ!
Share
Tweet
Share

 
SHARE!
Share
Tweet
Share
Forward

FOLLOW US, LIKE US, CONTACT US
SUIVEZ-NOUS, CLIQUEZ « J'AIME », CONTACTEZ-NOUS

Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Website
Website
Email
Email
Copyright © 2015 Vanier Institute of the Family / Institut Vanier de la famille. All rights reserved. / L'Institut Vanier de la famille. Tous droits réservés.

Ajoutez-nous à votre carnet d’adresses


Charitable Reg. No. 0816 8337 RR0001
Numéro de bienfaisance ARC 10816 8337 RR0001

Unsubscribe from this list    Update subscription preferences 
Désabonnement de cette liste d'envoi    Mise à jour des préférences d'abonnement