Copy

À la UNE:
Balado avec Véronique Leblanc au sujet de l’incubateur de commissariat
 
Capture d'écran d'une séance de l'incubateur sur Zoom en septembre 2020
Une des priorités de l’Association des groupes en arts visuels francophones, ou AGAVF, est d’élargir son réseau d’artistes et d’autres professionnels des arts avec un programme de formation professionnelle. On a demandé à Véronique Leblanc, commissaire mentore, de décrire l’atelier tenu dans le cadre de l’incubateur en commissariat et d’expliquer pourquoi cette initiative est stimulante pour le milieu de l’art actuel.

Ecoutez

Une édition virtuelle du Forum de l’AGAVF : volets 1.1 et 1.2

Les projets de la 2e édition de l’incubateur en commissariat ont présenté leurs chantiers d’exposition aux membres réunis dans le cadre du volet 1.1 du forum virtuel de l’AGAVF le 29 janvier dernier. On peut déjà voir le résultat du projet de Maryse Arseneault présenté à Sussex, au Nouveau-Brunswick, grâce à l’exposition virtuelle suivante.

Les propositions ambitieuses de Marie-Pier Malouin et de Carolina Reis sont toujours en développement. Dans le cas de Marie-Pier, il s’agit d’un projet événementiel réalisé dans l’espace public et animé par divers principes de circularité, alors que la proposition de Carolina consiste en une exposition collective d’artistes qui explorent l’environnement dans une perspective inspirée par les pratiques écoféministes.

Le volet 1.2 du forum virtuel s’est tenu le 4 février avec des présentations des commissaires Eunice Bélidor et Caroline Boileau toutes les deux invitées dans le cadre de l’incubateur à échanger avec les participantes sur les défis particuliers rencontrés par les participantes dans leurs parcours. Pendant le forum, Eunice Bélidor s’est penchée sur les pratiques de care/bienveillance, surtout en période de pandémie. La période de fermeture des galeries lui aura permis d’engager un échange de lettres avec les artistes de sa programmation, dans la lenteur et le rapport à l’autre, autrement; Caroline Boileau a présenté pour sa part les projets qu’elle a réalisés à titre d’artiste-commissaire, sa prédilection pour les espaces atypiques et ingrats et les défis associés à ce double rôle. Elle a rappelé aux membres réunis que les projets émergent souvent de l’intérieur d’un centre d’artistes autogéré, d’un comité de programmation ou même d’une réunion.
 

Restez à l’affût!
L’appel du 3e incubateur sera diffusé d’ici la fin février.

Brèves sur les bons coups et les bonnes pratiques

En réponse aux fermetures engendrées par la pandémie, nombreux organismes dans la communauté ont adapté leurs programmations pour maintenir les liens avec leurs membres et leurs publics.

 
Chez les membres de l'AGAVF:

On peut encore entendre l’entrevue réalisée avec France Trépanier au sujet de la formation en ligne Un paysage en mutation, offerte avec Chris Creighton Kelly aux membres du collectif des artistes visuels francophones de la Colombie-Britannique . On se rappelle que les 9 et 10 décembre derniers, le collectif a organisé cet atelier participatif qui consistait à explorer les nombreux facteurs qui influencent aujourd’hui les arts et la culture au Canada et en Colombie-Britannique.

Ecoutez


 

« Tendre la main vers celles et ceux qui ne sont pas des habitué.e.s du centre... »

Formation antiraciste : entretien avec Annie France Noël, directrice artistique et administrative de la Galerie Sans Nom (GSN), de l’Atelier d'estampe Imago et de la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen de l’Université Moncton ont pris part à une formation antiraciste conceptualisée conjointement par Future Ancestors Services et la GSN.

Du 14 au 16 octobre, une douzaine de membres du personnel et quelques membres des conseils d’administration de la GSN, de l’atelier Imago et de la galerie d’art Louise et Reuben Cohen de l’Université Moncton ont pris part à une formation antiraciste conceptualisée conjointement par Future Ancestors Services et la GSN.

La formation avait pour objectif d’inspirer les participant.e.s à trouver des moyens de favoriser un milieu de travail et d’exposition antiraciste. Amorcée en plein mouvement Black Lives Matter, l’impulsion pour cette formation découle aussi de la participation en 2018 d’Annie France Noël à Primary Colours/Couleurs primaires, colloque transformatif de deux semaines tenu à Banff qui portait sur la décolonisation du milieu de l’art canadien.
 

Lire la suite :

 

À l'AGAVF
FR: publication en devenir


En raison de la pandémie, l’AGAVF a dû transformer certains éléments de sa programmation,  le plus important étant bien sûr la délégation de la Francophonie canadienne à la Conférence nationale des centres d’artistes autogérés Terres à traverser/Lands to Travel Through, qui devait avoir lieu à Calgary en 2020, mais qui a été reportée à 2021 (dates et forme à confirmer). Les membres du CA de l’AGAVF ont choisi de réaliser un projet de publication mettant en lumière le travail des artistes et des commissaires franco-canadiens. Conçue comme une revue, FR a pour but de plonger public, commissaires et critiques d’art dans un univers artistique parmi les plus dynamiques au pays.

FR présentera des essais, des entrevues, des conversations et des portfolios d’artistes et de critiques francophones de premier plan qui ont fait leur marque sur la scène artistique canadienne et internationale. Elle inclura une section destinée à présenter un profil complet de chacun des membres de l’AGAVF, avec descriptions et photographies.

La direction artistique a été confiée au commissaire Stefan St-Laurent. Il est appuyé par un comité éditorial composé de Lise Beaudry, Rémi Belliveau, Zoé Fortier, Alasdair Rees et Tam-Ca Vo-Van.

Le lancement de FR est prévu en 2021. Nous vous communiquerons plus tard une proposition de promotion et de diffusion, y compris une série de lancements dans le réseau et la tenue de tables rondes portant sur les questions abordées dans l’ouvrage.

Image tirée de la série Mirror, Mirror, 2019, Shaya Ishaq, récipiendaire du Prix Saw de création, 2020. Photo : Brandon Brookbank

À l'FCCF

Relance le 12 février du programme PassepART, initiative pancanadienne qui vise à encourager l’établissement de partenariats entre les écoles francophones en situation minoritaire et les artistes, par le biais des organismes artistiques, culturels et communautaires et du microfinancement.

La ruchée est une initiative qui vise à renforcer l’enseignement des arts en français partout dans la francophonie canadienne et acadienne. Huit équipes travaillent en mode virtuel pour trouver des solutions favorisant la rétention et la formation des professeurs d’art. À long terme, La ruchée vise la création d’un centre d’expertise pour l’enseignement des arts en français au Canada.


Brèves sur les enjeux politiques du secteur des arts

Au sujet de la très attendue actualisation de la Loi sur la radiodiffusion pour l’adapter à l’ère numérique, l’AGAVF souligne le leadership de ses collègues de la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et félicite ses membres les plus actifs dans ce dossier névralgique pour la francophonie canadienne. La Loi sur la radiodiffusion est un instrument clé pour appuyer le milieu de la création au Canada et assurer une offre de musique et d’histoires canadiennes qui soit accessible. Les enjeux en cause vont de l’équité fiscale pour les géants du web à l’investissement de sociétés étrangères dans la production de contenus au Canada en passant par la prise en compte des communautés francophones en situation minoritaire.

Le mardi 26 janvier 2021, dans le cadre de l’audience du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour le renouvellement des licences de radio et de télévision de CBC/Radio Canada, la FCCF a comparu pour livrer un plaidoyer en faveur des communautés francophones en situation minoritaire et présenter des demandes très concrètes de données probantes permettant de suivre l’évolution des contenus issus de ces communautés.

Dans le cadre de cette même audience, Benjamin J. Allard, un des collaborateurs du projet Invisibles : 366 jours/366 artistes, a lui aussi présenté un plaidoyer. Les initiateurs du projet demandent à Radio-Canada une couverture équitable des arts visuels par rapport aux autres disciplines artistiques. Ils recommandent même à la société d’embaucher un.e commissaire-conseil pour combler cet angle mort dans sa programmation.

On connaît peut-être déjà cette initiative, lancée l’an dernier par l’artiste Christian Messier et publiée sur les réseaux sociaux, qui visait une meilleure représentation des arts visuels dans les médias. Le 31 janvier 2020, les acteurs de ce projet avaient déjà fait parvenir une lettre à la direction de la Société Radio-Canada intitulée Pour une meilleure représentation des arts visuels à Radio-Canada. Cette lettre, signée par près 11 000 personnes, montre que la couverture actuelle des arts visuels ne reflète en rien la diversité et la richesse des arts visuels au Québec et au Canada.

Assemblée publique annuelle du 26 janvier 2021 du Conseil des arts du Canada

Aucune précision au sujet de la phase 3 du Fonds d’urgence de Patrimoine canadien établi au montant de 181,5 millions de dollars n’a été donnée lors de l’Assemblée publique annuelle du Conseil des arts du Canada (CAC) tenue le 26 janvier dernier. On prévoit que le CAC annoncera ses programmes au printemps-été, tandis que Patrimoine canadien décaissera sa part des fonds par le biais de ses programmes à l’été-automne. La FCCF maintient son positionnement pour assurer la lentille francophone canadienne dans 1) la livraison de la phase 3 et 2) sur le plan (de survie) et de relance du secteur des arts et de la culture en proposant un ensemble de pistes de solution à court, moyen et long terme.

La FCCF a produit un résumé de l’Assemblée publique annuelle dans lequel sont énumérées les actions entreprises par le CAC pendant la pandémie, les orientations futures et grands chantiers pour le CAC (2021), ainsi que des extraits de la période de questions.

Lire le résumé produit par la FCCF

Visionner l’enregistrement de l’Assemblée publique annuelle

Portraits

Cynthia-Laure Etom, responsable de la programmation et des communications, Le Labo, centre d’arts médiatiques francophone. Photo : Mario Epanya.

Cynthia-Laure Etom est journaliste et consultante en communication globale. Entrepreneuse courageuse et cinéphile invétérée, elle se bat tous les jours pour briser le plafond de pixels et rendre les femmes plus visibles sur tous les écrans. Ardente défenseuse des droits de la personne et de l’égalité des sexes, spécialisée dans les problématiques liées à la diversité, elle possède une expertise qui porte sur la place et sur l’image des femmes dans les médias.

En 2020, elle a figuré parmi les « 100 entrepreneuses noires à surveiller » (100 Black Women to Watch ) nommées à l’occasion du Canada International Black Women Event. Conférencière, elle organise des ateliers au Canada, en Chine et en Europe.

En quelques lignes, Cynthia-Laure, qu’est-ce qui vous a amenée dans le milieu des centres d’artistes autogérés?

En arrivant à Toronto, j’ai travaillé comme réalisatrice associée pour le compte de CBC/Radio-Canada. Au cours de l’émission radio de l’après-midi, l’animatrice a fait son tour de table quotidien et a demandé à l’équipe : « À côté de quoi es-tu passé dans ta vie, exprès? »
Plus jeune, j’avais toujours voulu être une artiste. Je voulais me consacrer à ma passion pour le théâtre (13 ans). Je désirais jouer du piano toute la journée, danser, chanter, dessiner, prendre des photos… Mais, j’ai voulu être rassurante et raisonnable pour mes parents et j’ai pris la direction de l’université de Droit. Finalement, cette question associée à ma passion retrouvée pour le journalisme a ravivé ce qui m’animait le plus : raconter des histoires et créer.
En septembre 2018, mon projet de documentaire m’a fait découvrir Le Labo, qui m’a accueillie à bras ouverts. J’ai alors découvert une communauté francophone dotée de liens solides, des artistes inspirant.e.s et solidaires, ainsi qu’une occasion de mettre en pratique mon expertise en communication en me joignant à l’équipe administrative en janvier 2020 comme coordonnatrice des communications. C’était donc le début d’une grande aventure puisque je suis aujourd’hui responsable de la programmation et des communications du Labo.

Laura Demers, agente aux communications et au développement à la Galerie du Nouvel-Ontario (la GNO). Photo : Miles Rufelds

 

Laura Demers est une artiste, commissaire et écrivaine émergente qui habite à Toronto. Elle a obtenu un baccalauréat en peinture et dessin de l’Université d’Ottawa (2015) et une maîtrise en histoire et théorie de l’art de l’Université de Toronto (2017). En 2019, elle a été nommée commissaire à la programmation (TD Curator of Education and Outreach Fellow) à la galerie d’art contemporain The Power Plant. L’année suivante, elle y a organisé Cut from the same cloth, une exposition solo des œuvres de Nathan Eugene Carson. En commissariat indépendant, dans le cadre d’Art Spin Hamilton (2019), elle a organisé Greenhouse Effects, un projet présentant des vidéos dans lesquelles les artistes se penchent sur les implications de la manipulation des environnements naturels. L’exposition Contre vents et marées (à venir) est un projet portant sur la réhabilitation écologique et mettant en vedette des artistes de la ville minière de Sudbury. Les écrits de Laura ont été publiés dans C Magazine, Public Parking, Femme Art Review et Prefix Photo, ainsi que chez Blank Cheque Press, entre autres. Laura a également contribué au vaste catalogue Shuvinai Ashoona: Mapping Worlds (2021), copublié par Hirmer Verlag. Laura est cofondatrice de the plumb projet dirigé par des artistes émergents qui vise à offrir un espace supplémentaire aux artistes, aux organisateurs communautaires et aux groupes marginalisés dans un contexte où l’espace en ville se fait rare. En 2021, c’est avec bonheur qu’elle se joint à l’équipe de la Galerie du Nouvel-Ontario à titre d’agente aux communications.

Laura, en quelques lignes, qu’est-ce qui vous a amenée dans le milieu des centres d’artistes autogérés?

Les centres d’artistes autogérés valorisent autant le processus de recherche et de création que la présentation d’œuvres. Ces milieux sont riches et fructueux pour le développement d’idées novatrices, les questionnements profonds et urgents et l’épanouissement de la communauté.
Des nouvelles de nos collaborateurs

Art et pédagogies: Vous avez manqué la journée d’étude Art et pédagogies actuelles organisée par le centre Turbine les 9 et 10 novembre derniers? Ou vous y étiez, mais souhaitez revivre quelques temps forts? Depuis le 3 février, une partie des enregistrements vidéo est accessible en ligne sur le site Internet du centre. Pour visionner les vidéos de la journée d’étude, nous vous invitons à suivre ce lien.

Interroger l’accès: Ressources pour les artistes et les organismes: Développée conjointement par OBORO et Spectrum Productions, et bénéficiant du soutien du Conseil des arts du Canada, la série d’activités Interroger l’accès vise à donner aux artistes, aux organismes et aux travailleurs et travailleuses culturel.le.s les moyens de réfléchir plus largement à la question de l’accessibilité et d’apprendre au sujet des meilleures pratiques d’accès déjà mises en œuvre dans le secteur culturel au Canada et à l’étranger.

Dans la continuité de la publication sur la littératie numérique, Isabelle L’Heureux, agente de développement culturel numérique du Regroupement des centres d’artistes autogérés (RCAAQ), propose la campagne En février, on fait le ménage dans nos dossiers, qui se veut une cure d’amaigrissement des disques durs et boîtes de courriels, à inclure parmi les bonnes résolutions du Nouvel An.
© 2021 AGAVF,

AGAVF
PO Box 7131 Succ Vanier
Ottawa, ON K1L 8E2
Canada

Add us to your address book


Vous recevez cette communication car vous êtes abonné.es à La Liste de l'AGAVF ou vous êtes un collaborateur.trice.s. Vous pouvez à tout moment mettre à jour vos
préférences, ou vous désabonner de cette liste si vous ne souhaitez plus recevoir nos messages.

 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
AGAVF · PO Box 7131 Succ Vanier · Ottawa, ON K1L 8E2 · Canada