Copy
Si ce courriel ne s'affiche pas correctement, cliquer ici pour le visualiser dans votre navigateur.

AS-TU OUVERT LA PAROLE AUJOURD’HUI?
 
« Toutes les créatures du Seigneur, remerciez-le,
Vous, les cieux, remerciez-le,
Anges du Seigneur, remerciez-le… »

Daniel 3, 51-90

 
Et moi? Quand est-ce que je t’ai remercié, Seigneur?


Heureuse et sainte année 2019
 
Frères et sœurs, que la grâce et la Paix vous accompagnent!
 
Le temps des fêtes, le temps de la nativité vient de se terminer et pourtant je pourrais dire que tout commence. Est-ce que j’ai accueilli ce cadeau qu’est l’Enfant Jésus comme les rois mages ou l’ai-je rejeté comme Hérode?
 
Aux signes de l’annonce d’un nouveau roi, les Rois mages se sont mis en route. Le regard fixé sur l’étoile, ils avançaient, confiants, vers les imprévus de Dieu. Tout comme Marie l’a fait lors de l’annonce de l’ange Gabriel. Ils ne connaissaient pas le chemin, mais ils avaient confiance.
 
Lorsque les Mages arrivèrent chez Hérode, celui-ci fut bouleversé et demanda à ses grands prêtres de voir dans les écritures ce qui était dit de cet enfant. Hérode a reçu la nouvelle qu’un Sauveur était né, mais il ne l’a pas accueilli à cause de ses peurs. Il avait peur de perdre ses acquis de roi. Peur de perdre sa place, ses richesses, peur du changement, de la nouveauté, peur de ne plus contrôler, etc. Il s’est donc fermé.
 
Aujourd’hui je me pose cette question : En accueillant Jésus comme Seigneur et Sauveur, quelles sont mes peurs? La peur de quitter mon confort, de changer des comportements ou habitudes qui ne sont pas conformes avec les commandements et la parole de Dieu, peur de ne pas être à la hauteur de la mission, peur de perdre des amis, d’être rejeté, mis à part?
 
Et si, en 2019, nous demandions à Dieu une plus grande confiance et un plus grand abandon pour tous les projets qu’Il a pour chacun de nous, pour l’Église, pour les communautés de prière, pour le renouveau charismatique? Si, tout comme Marie et les rois mages, nous faisions confiance aux imprévus de Dieu et nous nous disions : « Moi je ne sais pas, mais Dieu dans sa Sagesse sait. »
 
Demeurons dans la joie, dans la louange et l’Action de grâce les yeux fixés sur la lumière du Christ tout au long de cette année, car tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu (Rm 8,28).
 
 
Christine Simard
Présidente du CCRC

« L’amour ne tolère pas l’indifférence, l’amour a compassion. L’amour c’est mettre le cœur en jeu pour les autres. »



« Jésus est le don de Dieu pour nous. Si nous l’accueillons, nous aussi pouvons être le don de Dieu pour les autres. »




« Notre vie répand la lumière quand elle se consume dans le service. Le secret de la joie c’est de vivre pour servir. »
 
LA FÊTE DE LA NAISSANCE SUR TERRE DU CHRIST JÉSUS
(NOËL)

Chaque année, des milliers, voire des millions de chrétiens, pratiquants et non-pratiquants se retrouvent le 24 décembre au soir ou le 25 à minuit pour commémorer la naissance de l’Auteur de la Vie sur terre, le Fils de Dieu, il y a maintenant plus de deux mille ans.
 
Mais, est-ce qu’on a pleine conscience de la merveille qui s’est passée, il y a plus de deux mille ans, et de cette merveille qui se passe encore de nos jours sous nos yeux? À chaque fête de Noël, mieux encore, à chaque instant de notre vie, le Seigneur désire s’incarner, non seulement en notre monde, mais également dans le cœur de toute personne. C’est là la plus grande merveille qui se déroule sous nos yeux. À nous, il nous suffit de les ouvrir pour accueillir cette merveille de Dieu. Et, il s’agit bien évidemment ici, non pas d’ouvrir nos yeux physiques du corps, mais les yeux du cœur, les yeux de la foi pour nous permettre de découvrir tout l’Amour et la tendresse de Dieu à travers la délicatesse et la fragilité d’un enfant. Et dire qu’il y a encore parmi nous des gens qui doutent de l’existence de Dieu.
 
Régulièrement, à Noël, je rencontre des gens pour me questionner sur Dieu en me disant : « Si Dieu existe, pourquoi y a-t-il autant de souffrance dans le monde? ». Je leur réponds alors que Dieu est à l’origine de la création, et non pas à l’origine du mal et de la souffrance dans le monde. Dieu nous a créés libres, libres de faire le bien ou de faire le mal. Et nous avons à vivre ensemble, en relation les uns avec les autres, avec les bons comme avec les méchants.
 
Quelqu’un me disait encore dernièrement : « Si Dieu savait à l’avance ce qui se passerait, qu’il y aurait autant de méchanceté et de souffrance dans le monde, pourquoi tout simplement ne pas avoir omis de le créé ou n’a-t-il pas fait le monde autrement? ».
 
Et moi, de lui répondre, c’est parce que Dieu savait que cette souffrance ou ce mal qui nous assaille ne serait que temporaire, que pour notre période de vie terrestre. Et puis, le désir ardent de Dieu de nous faire connaître et vivre de son Amour surpasse de loin tout le mal et la souffrance que nous pouvons vivre sur cette terre.
 
Saint Paul disait : « J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. » Rm 8, 18. C’est parce que le Seigneur a tant désiré nous faire vivre de sa Gloire qu’il nous a créés, qu’il nous a envoyé son propre Fils pour le pardon de nos péchés et notre rachat. Elle est là la merveille de Dieu.
 
Vous savez! Dans la vie, nous arrivons tant bien que mal à saisir la grandeur de la haine et du mal, mais il nous est et nous sera toujours impossible en tant qu’humain de découvrir pleinement toute la grandeur et la profondeur de l’Amour, tout simplement parce que l’Amour qualifie la personne de Dieu dans toute sa richesse, dans toute sa grandeur et sa miséricorde pour toute personne humaine. Pour découvrir et connaître véritablement l’Amour sous toutes ses formes et sous tous ses angles, il faudrait découvrir et connaître pleinement le Seigneur notre Dieu, parce qu’il en est la Source et la réalisation la plus parfaite. Et puis Dieu, nous ne pouvons le connaître que parcellement.
 
Même les plus grands saints, qui ont vécu de plus belles expériences mystiques, n’ont connu qu’une parcelle de Dieu, parce que Dieu, aucun humain ne peut le voir sans mourir.
 
La fête de Noël est toujours en prévision de la fête de Pâques. S’il n’y avait pas eu Pâques, nous n’aurions jamais fêté Noël, puisque la naissance de Jésus aurait passé presque inaperçue dans l’histoire de l’humanité. C’est à la lumière du don total de la Vie et, surtout, de la résurrection du Christ que nous fêtons de nos jours Noël, parce que nous avons reconnu en Lui le Christ, le Fils de Dieu tant attendu, mort et ressuscité par Amour pour nous, pour nous ressusciter un jour à notre tour. Amen.
 

 
Guy Bossé, prêtre
Aumônier - ADDRC
CHARISME DE SCIENCE OU DE CONNAISSANCE
(2e partie – suite du Bulletin Selon Sa Parole de décembre 2018)


Quels sont les fruits qui accompagnent ce charisme, car les fruits sont le meilleur critère de discernement de son authenticité?
  • Des guérisons instantanées ou progressives de maladies graves, voire incurables : cancer, cécité, surdité…
  • Des guérisons d’infections légères qui handicapent notre fonctionnement quotidien : maux de dos, de jambes, grippes…
  • Des libérations et guérisons des blessures du passé au niveau du cœur, de la mémoire, de l’imagination…
  • Des conversions du cœur.
  • Des réconciliations, des pardons donnés et accueillis.
  • Des fruits de paix, de joie, de désir de s’engager et de témoigner, de professer sa foi.
  • L’accueil de Jésus comme Seigneur et Sauveur.
 
Pour que ce charisme s’exerce bien, quelques conditions sont requises
  • Ne pas s’attacher au don lui-même, mais à l’Auteur de ce don. Les charismes sont donnés pour manifester la miséricorde, la bonté et la puissance de Dieu.   
  • Agir avec grande prudence, car l’exercice illusoire du don de science crée une fausse espérance qui peut apporter déception et désespoir.
  • Éviter l’orgueil et la recherche d’un prestige personnel. On ne se fait pas une réputation avec les dons de Dieu. Il faut beaucoup d’humilité, car ce charisme n’est pas infaillible; il est peut-être celui qui comporte le plus de risques d’erreurs et des erreurs peuvent avoir de graves conséquences.
  • Discerner pour reconnaître si ce n’est pas simple fruit de notre imagination, mais bien l’œuvre de l’Esprit Saint. Se faire aider afin de ne pas prendre ses désirs, ses angoisses et ses peurs personnelles pour des lumières de l’Esprit Saint.
  • User de modestie pour ne pas se laisser « enfler la tête » par quelques réussites vérifiées. Et ne pas interpréter trop vite les signes, car on pourrait tirer des conclusions incomplètes ou fausses au lieu de donner les lumières que le Seigneur veut donner. 
  • S’abandonner au Seigneur qui veut passer par des instruments qu’il choisit pour aider et sauver son peuple. Demeurer dans le sentiment de notre faiblesse non pas pour en être écrasé, mais pour laisser éclater la puissance de Dieu éclater.
  • Accueillir toutes personnes avec le Cœur de Dieu qui aime et veut combler ses enfants.
  • Demeurer dans un climat de prière et d’union à Dieu pour demeurer sous la mouvance de l’Esprit Saint.
 
On dit souvent que le charisme de connaissance est peu développé dans nos assemblées. Pourquoi? Simplement parce que : 
  • on manque d’audace pour prendre le risque et on manque d’humilité pour accepter le discernement ou les corrections venant de nos leaders;
  • on identifie telle ou telle personne à ce charisme;
  • on a peur de se tromper;
  • on n’est pas assez à l’écoute de l’Esprit Saint;
  • on ne donne pas assez de place à la Parole de Dieu.
 
Quelques critères pour discerner l’authenticité de ce charisme
Ce charisme est délicat à discerner. Il est facile de le vérifier quand il est confirmé par des guérisons apparentes et par des témoignages. Si une personne exerçant souvent ce charisme ne reçoit jamais de confirmation, elle doit s’interroger et demander au comité de soutien de discerner l’authenticité de son charisme. Ce charisme ne doit pas se confondre avec des aspirations plus ou moins conscientes de « vedettariat » ou avec des prémonitions de type psychologiques.
 
L’authenticité de ce charisme se juge à ses fruits :
  • conversion plus rapide et plus radicale;
  • guérison intérieure plus complète;
  • une grande efficacité de l’évangélisation : une annonce forte de la Bonne Nouvelle;
  • une profession de foi forte et publique en Jésus Seigneur et Sauveur et cela accompagnée de la manifestation des signes du Royaume. Le Seigneur vient alors authentifier la Parole de Dieu par des paroles de connaissance immédiate et vérifiables sur-le-champ.
 
La parole de connaissance est une manifestation de la vérité de l’Évangile pour faire briller la connaissance :
  • de la gloire de Dieu qui est sur la face du Christ (2,Co 4, 1-6);
  • de la vérité qui est en Jésus (Ep 4, 21);
  • de la vérité qui est Jésus (1,Tm 2, 4; 2,Tm 3, 7; Ti 1, 1; Jn 1, 14; 8, 32);
  • qui est l’Esprit (Jn 14, 17; 16, 13).
 
La personne qui exerce ce charisme répand en quelque sorte le parfum de la connaissance du Christ (2,Co 2, 14), la « bonne odeur » du Christ.
 
Encore une fois, nous vous invitons à lire les textes bibliques qui sont mentionnés dans le texte et à les méditer. Une richesse!

 

 
Sr Monique Anctil
J’ai le goût de vous partager ces deux textes de personnes qui témoignent de la présence de Dieu dans un moment très spécial pour eux.
 
Bénédiction paternelle
1er janvier 2019. Je vais visiter ma mère au CHSLD et, comme d’habitude à mon retour, j’arrête au même dépanneur pour une liqueur. La propriétaire qui me connaît bien me souhaite une bonne année et me demande :
  • Vous venez de voir votre mère?
  • Oui.
  • Moi aussi, j’ai encore ma mère. Mais aujourd’hui, c’est une journée spéciale pour moi!
  • Ah oui?
  • Mon père est décédé lorsque j’avais 18 ans; depuis maintenant 39 ans. Mais ce matin, comme chaque année, je me suis mise à genoux et j’ai demandé à mon père de me bénir. Je ressens à chaque fois la même chose que lorsque je vivais ce moment très spécial avec mon père et que je lui demandais sa bénédiction le matin du jour de l’an; une belle joie et une paix m’habitaient et m’habitent encore chaque année.
À la suite de cette rencontre, en retournant chez moi, j’ai demandé à mon père qui est décédé, de me bénir, moi et ma famille…  
 
 
Expérience de don gratuit
Trois accompagnatrices de jeunes déficients intellectuels les amènent pour leur faire vivre l’expérience du restaurant, soit comprendre un menu et commander un repas. Le groupe ne passe pas inaperçu dans le restaurant et les clients jasent… Lorsqu’arrive le temps de payer, une des éducatrices se rend à la caisse et on lui dit alors que la facture est déjà payée! « Par qui? » demande-t-elle. On lui répond : « Par un monsieur qui est déjà parti. ».
 
Les trois accompagnatrices n’en revenaient tout simplement pas, ni tous les autres clients qui avaient été témoins de la scène.  
 
Quand j’ai entendu ce témoignage, je me disais que les jeunes ont appris des choses de cette sortie, mais sûrement pas autant que les éducatrices et les clients!
 
 
Marc Nuckle
 
Formation à l’exercice des charismes
« À l’écoute de l’Esprit-Saint : les charismes »
Du 7 au 10 mars 2019
Donnée par l’Alliance et le Conseil Canadien du Renouveau Charismatique
 
À qui s’adresse cette formation?
Cette formation est destinée à ceux qui ont fait l’expérience du baptême dans l’Esprit et qui sentent l’appel du Seigneur à s’engager au service de leurs frères et sœurs dans l’évangélisation.
 
Les responsables des groupes et communautés sont concernés, car plus ils comprendront la nécessité d’exercer les charismes, plus ils y seront ouverts et pourront à la fois encourager leurs frères à s’y engager et seront en mesure de les aider dans cette œuvre délicate qui mérite beaucoup de bienveillance.
 
Cette formation s’adresse aussi aux prêtres, aux diacres et aux agents de pastorale désireux de connaître et de se former à l’exercice des charismes.
 
Méthodologie
  • Enseignement : 45 - 60 minutes
  • Des questions et réponses
  • Un temps pratique d’exercices du charisme : prière au cours de laquelle les charismes seront exercés. À la fin on fait une relecture pour encourager ce qui a été bon et corriger les erreurs.
 
Thèmes abordés
La vie intérieure comme soubassement pour l’exercice des charismes
Le charisme des langues 
La prophétie
La parole de connaissance
Le discernement
La sagesse
Les dons de guérison
Le don d’opérer des miracles
 
Date : Du jeudi 7 mars 19 h 30 au dimanche 10 mars 16 h

Coût (formation et hébergement) : 300 $

Quoi de neuf?

Visitez ces sections pour être informé des activités du Renouveau charismatique catholique francophone des différents diocèses et centres de prière du Canada.

Cliquez ci-dessous pour voir l'agenda de activités dans les
DIOCÈSES ou CENTRES DE PRIÈRE

Vous pouvez faire parvenir vos activités
à Raymonde Valcourt Fortuné :
rvalcourt@videotron.ca


Des questions? Des commentaires? Un témoignage?
Contactez-nous!

selonsaparole@gmail.com

Équipe du bulletin : Pierrette et Marc Nuckle, Raymonde Valcourt Fortuné
et Karine Girard.
 
Nous vous invitons à partager ce bulletin avec vos amis et votre groupe de prière.

Ils pourront s'inscrire pour recevoir le procha
in numéro en cliquant sur le lien ci-dessous.
 
Copyright © 2019 Service canadien de communion du renouveau charismatique, Tous droits réservés.


Lien pour vous désinscrire  

Email Marketing Powered by Mailchimp