Copy
View this email in your browser
Newsletter décembre 2018- #133
Retrouvez la programmation du mois de novembre / décembre de la Maison de l'international
Participez à la venue de jeunes joueurs de rugby burkinabés à Grenoble !
A l’occasion de l’anniversaire des 20 ans du jumelage entre Grenoble et Ouagadougou, l’association Grenoble-Gounghin  organise un séjour en France de 12 jeunes joueurs burkinabés (filles et garçons) et 2 éducateurs sportifs, dans la continuité du projet mené depuis plusieurs années pour le développement du rugby à Ouaga. Pour cela, une campagne de financement participatif a été organisée pour aider à la mise en œuvre de ce projet !
L’Association Grenoble-Gounghin agit dans le cadre de la coopération décentralisée entre Grenoble et Ouagadougou depuis 1999. Depuis 2013, elle mène un projet d’école de rugby ayant pour but d’initier les enfants des écoles de Ouagadougou à la pratique de ce sport. Le but de ce projet est de permettre aux « petits pionniers » du rugby burkinabé de progresser au contact de structures expérimentées. Ce séjour permettra d’étalonner le niveau des participants tant joueurs qu’éducateurs et de définir les axes de progression. Les bénéficiaires seront des élèves de CE2 et CM1 (U12) pratiquant le rugby dans le cadre de l’action de l’association Grenoble-Gounghin. Les 12 élèves seront choisis, non seulement pour leur implication et leur assiduité dans la pratique du rugby, mais encore au vu de leurs résultats scolaires. Les 12 rugbymen et les 2 éducateurs spécialisés seront accueillis en France en avril 2019.
 
Pour organiser et financer ce séjour, l’association a besoin de vous ! Une campagne de crowdfunding (financement participatif) a été mise en ligne dans l’objectif de récolter 4000 euros. Vous pouvez donc effectuer un don en ligne pour participer à ce projet. Les dons serviront principalement  à assurer le déplacement des enfants burkinabés lors de leur séjour, à participer aux frais de bouche des jeunes, à acheter des équipements individuels (maillots, shorts, chaussures) et à organiser deux journées de découverte des montagnes environnantes de Grenoble.
 
Lien vers la campagne de financement participatif : https://www.helloasso.com/associations/grenoble-gounghin/collectes/le-rugby-passerelle-nord-sud

Immiscez-vous dans la délicatesse et la poésie du Japon avec Catherine Contour
Du 4 au 21 décembre, la chorégraphe Catherine Contour vous propose de découvrir une exposition où le visiteur sera accueilli comme dans une chambre à thé à l’atmosphère délicate et poétique. Le 6 décembre à 18h30, Catherine Contour vous invite à une performance de danse et de musique autour de cette exposition. Rendez-vous à la Maison de l’International pour pénétrer dans cette parenthèse enchantée.
« Suites japonaises » est un archipel de créations conçu par Catherine Contour entre la France et le Japon à partir d’une série de séjours accompagnés par l’Institut français. A son retour d’une résidence à Dazaifu près de Fukuoka, en juillet 2018, Infuse sera présentée dans deux versions, l’une pour Cognac et l’autre pour Grenoble où elle sera suivie en juin 2019 par Une Plage en Chartreuse - Suites japonaises.
 
Du 4 au 21 décembre, venez découvrir à la Maison de l’International une installation imaginée par Catherine Contour et intitulée « Mousses, une maison de la fantaisie – Suites Japonaises ». Un espace où le visiteur sera accueilli comme dans une chambre de thé à l’atmosphère délicate et poétique. Les matériaux, objets, images, sons, collectés au Japon et en Chartreuse se composent pour inviter chacun à embarquer pour un voyage immobile aux pays des mousses, en collaboration avec le musicien Bertrand Gauguet, le designer Goliath Dyèvre, la dessinatrice Loren Capelli et le photographe Niels Najean.
 
Autour de cette installation, le 6 décembre à 18h30, Catherine Contour donnera une performance en complicité avec le designer Goliath Dyèvre et le musicien Bertrand Gauguet. Le moment suspendu « INFUSE – Suites japonaises » sera une invitation à prendre un thé pour laisser déborder la danse et déguster une infusion de paysages. La chorégraphe Catherine Contour a composé cette performance à partir de gestes de la préparation du thé, collectés dans différents pays et tout particulièrement au Japon où elle a travaillé à plusieurs reprises. Cette composition est une production de l’association 40Neuf, avec l’aide de l’Institut français et de la Ville de Grenoble dans le cadre de leur convention de partenariat, de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de l’Institut français de Fukuoka et du Dazaifu Shrine Museum.

 
Rencontre autour du roman La Salle de Bal écrit par Anna Hope, prix littéraire de l'UIAD
Cette année encore, l’Université Inter-Âges du Dauphiné a désigné son Prix littéraire. Il s’agit du roman de la britannique Anna Hope intitulé La salle de bal. Pour marquer cet évènement, une rencontre autour du livre d’Anna Hope, est organisée, proposant une conférence de Patrick Lemoine intitulée « Fous à en mourir » autour d'un thème fort du roman qui se déroule dans un asile d'aliénés dans le Yorkshire en 1911.
Pour mémoire, l’Université Inter-Âges du Dauphiné désigne chaque année un prix littéraire. Cette distinction, créée il y a quatre ans, est initiée par un comité de bénévoles en partenariat avec la librairie Decitre. Cette année, c’est le roman La Salle de bal, écrit par Anna Hope qui a été désigné comme prix littéraire 2018. Ce livre est le second ouvrage de cette jeune auteure britannique, née à Manchester et qui vit dans l'est de Londres. Ses deux romans connaissent un vif succès en France. L’histoire de La Salle de bal se déroule dans un asile d’aliénés dans le Yorkshire et raconte l’histoire d’Ella et de John, qui se retrouvent tous les vendredis dans la salle de bal, toujours plus fébriles et plus épris…
 
Une rencontre autour de ce roman est organisée le mardi 11 décembre à 18h à l’Office du Tourisme de Grenoble. Mireille Flageul, membre du jury du prix littéraire, présentera le roman d’Anna Hope. Cette présentation sera suivie par une conférence intitulée « Fous à en mourir » par le psychiatre et écrivain français Patrick Lemoine. Il est l’actuel directeur médical international de la Division Psychiatrie du groupe de cliniques ORPEA-Clinea et auteur d’une trentaine d’ouvrages et essais, notamment sur les thèmes des troubles du sommeil, de la dépression, de l’anxiété, de la surconsommation et du sevrage des médicaments psychotropes. Lors de cette conférence, il reviendra sur le thème principal du roman, notamment l’idée du malade mental en tant que « bouc émissaire » et mettra l’accent sur la mouvance eugéniste de l’époque ainsi que sur son évolution.
 
La rencontre se tiendra le Mardi 11 décembre à 18h à l’Office du Tourisme de Grenoble. Entrée libre dans la limite des places disponibles.
"Still we rise" : un spectacle entre Oxford et Grenoble
Dans le cadre du jumelage avec la ville d’Oxford, le Pegasus Theater d’Oxford a invité les grenoblois du CREARC et le ballet contemporain de Perm (Russie) à participer au projet « Still We Rise ». Vingt-cinq jeunes de 16 à 25 ans, douze du Pegasus Theater, six du Crearc et cinq du ballet contemporain de Perm, accompagnés de leur metteur en scène, se sont réunis les 8, 9 et 10 novembre 2018 pour la création d’un spectacle. La représentation du spectacle a eu lieu le 10 novembre au Pegasus Theater d’Oxford devant une salle comble !
Inspiré d’histoires, de poèmes et de chansons, le spectacle aborde la question du droit de vote des femmes (qui célèbre ses 100 ans en Angleterre) et plus largement la question de la lutte pour les droits universels. Il est pensé comme un hommage aux femmes et aux hommes qui se sont battus contre l’injustice. Durant trois jours, les 8,9 et 10 novembre derniers, les groupes ont travaillé sur des scènes communes :
  • La scène d’ouverture qui célèbre la venue au monde d’un enfant jusqu’au moment où un personnage s’aperçoit que c’est une fille
  • Une scène intitulée « les fauteuses de troubles anonymes ». Cléopâtre, Catherine La Grande, Grace O’Malley, Hubertine Auclert sont réunis lors d’un séminaire animé par Marilyn Monroe pour apprendre à bien se comporter en société.
  • Une scène de boîte de nuit durant laquelle une femme drague très lourdement un homme
  • La scène finale où un homme tente de ne pas se noyer dans un océan de vagues
 
En amont, chaque groupe a été responsable de la préparation d’une scène du spectacle. Au Crearc, le choix s’est porté sur un travail autour de la figure d’Hubertine Auclert (1848-1914), suffragette française, en mettant en scène trois temps forts de sa lutte pour les droits des femmes : sa grève des impôts, lorsqu’elle brise une urne lors d’élections électorales et sa présentation aux élections législatives alors que les femmes n’avaient pas le droit de vote.
 
Le spectacle « Still We Rise » a eu lieu le samedi 10 novembre au Pegasus Theater d’Oxford devant une salle comble.

"Brexit : le décompte final", séminaire à l'UGA
Le 23 juin 2016, les Britanniques ont voté pour sortir leur pays de l’Union européenne. Près d’un an et demi après et alors que la date fatidique de sortie approche, tous les regards sont rivés sur les négociations qui peinent à prendre forme. L’Université Grenoble Alpes organise un séminaire le 13 décembre à 17h00, à l’amphi Weil sur le campus, pour réfléchir à certaines interrogations qui se posent face au Brexit.
L’enjeu principal demeure la relation qui unira le pays et l’UE après le 29 mars 2019. Les scénarios se sont multipliés au fil des semaines : de l’union douanière, au traité de libre-échange calqué sur celui du Canada en passant par une perspective qui, d’abord improbable, se fait de plus en en plus plausible, à savoir l’éventualité d’un «no deal» qui serait meilleur qu’un «mauvais deal» pour paraphraser la Première ministre, Theresa May.
 
Au-delà de cet enjeu majeur, les répercussions sur le pays sont nombreuses. En effet, selon l’option choisie, c’est l’unité du Royaume Uni qui risque d’être menacée.
Première, l’Ecosse, qui a voté majoritairement pour rester dans l’Union européenne, souhaite se préserver un statut particulier afin de ne pas perdre ses liens avec l’UE. Une sortie selon un «hard Brexit» pourrait conduire le parti nationaliste au pouvoir à demander un nouveau référendum sur l’indépendance de la région.
Mais les enjeux sont encore plus importants en Irlande du Nord. Depuis l’accord du vendredi saint, qui a mis fin à la période des «troubles», qui ont déchiré la région pendant près de 25 ans, il n’y a plus de frontière avec la République d’Irlande. Or, la sortie de l’UE signifierait le retour de certains contrôles - douaniers, sécuritaires – qui recréeraient une frontière et provoqueraient inévitablement un retour des tensions entre nationalistes et unionistes. Résoudre le casse-tête de la frontière dans le contexte du Brexit semble un sujet insoluble auquel les négociateurs tentent malgré tout de trouver une solution.
 
 Ce séminaire se propose donc de faire le point sur le statut des négociations, un peu plus de trois mois avant la sortie effective du Royaume Uni, et d’analyser les enjeux entourant ces dernières.
 
Le séminaire qui aura lieu le 13 décembre à 17h à l’Université Grenoble Alpes (Amphi Weil - arrêt de tram Bibliothèques Universitaires) abordera tour à tour ces différentes questions soulevées par le Brexit :
  • le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (Christian Auer, Professeur des Universités, Université de Strasbourg),
  • le casse-tête nord-irlandais (Karine Bigand, Maître de conférences, Université d’Aix-Marseille),
  • les conséquences pour le gouvernement écossais (Annie Thiec, Maître de conférences, Université de Nantes),
  • l’impact économique du Brexit (Yann Echinard, Maître de conférences, Sciences Po Grenoble).
Rappel : inscription aux ateliers sur le Japon du mois de décembre
A l’occasion de la grande Saison japonaise « Japonismes 2018 : les âmes en résonance » qui est organisée sur l’ensemble du territoire national, la Ville de Grenoble propose des évènements autour du Japon pendant les mois de novembre et décembre. En complément de l’exposition « Vent d’Est, Vent d’Ouest » présentée jusqu’au 21 décembre à la Maison de l’International ainsi que des évènements organisés par Catherine Contour, une série d’ateliers se tiendra au mois de décembre. Dernier appel pour les inscriptions !
Jeudi 13 décembre, vous pourrez participer aux ateliers suivants :
  • Atelier de calligraphie pour adultes de 16h à 17h
  • Atelier de furoshiki (nouages de tissus) pour adultes de 16h à 17h
  • Atelier d’origami « Décors de Noël » pour familles et enfants de 18h30 à 19h30
Le jeudi 20 décembre, auront lieu :
  • un atelier de furoshiki pour adultes de 16h à 17h
  • un atelier d’origami « Boules de Noël » pour adultes de 16h à 17h
  • un atelier de dessin à l’encre pour enfants à partir de 10 ans et pour adultes de 18h30 à 19h30.
 
Ces ateliers auront lieu à la Maison de l’International. Les inscriptions aux ateliers sont obligatoires au mail suivant : wy38000@gmail.com.

Copyright © *2018* *Ville de Grenoble*, All rights reserved.

Ville de Grenoble, 10 Boulevard Jean Pain, 38000 Grenoble, FRANCE

Vous recevez cet email car vous êtes inscrits à la liste de diffusion de la Direction de l'Action Internationale et Européenne de la Ville de Grenoble. Si vous souhaitez vous désinscrire de cette newsletter, merci d'adresser un email à eric.recoura@grenoble.fr